Archives d’un auteur

Azar et Escalante-Leblond toujours parfaits!

Un contingent de 24 joueurs s’est présenté mardi passé afin de croiser le fer sur les échiquiers du CEH. Je suis bien désolé pour le délai, voici enfin vos saillants de la dernière soirée!

Paul Chénard (avec les blancs) s’achemine vers la victoire contre le nouveau venu Marc Aubin. On aperçoit Pierre Arcand et Alexis Ballan à l’arrière plan.

Section 90/30

Michel Desjardins vs  Sébastien Azar : c’est moi qui avais la chance de croiser le fer contre Maître Azar et ça a été une partie fort instructive! J’ai ridiculement perdu un pion à un certain point, mais je suis revenu dans la partie grâce à une tactique. Nous nous sommes alors retrouvés dans la position suivante :

Même s’il y a une égalité matérielle, j’avais déjà lu que le joueur qui avait la dame était fortement avantagé. Je croyais donc que ma position était gagnante et c’est possible que mon plan a été erroné pour cette raison durant la finale. Mon entraîneur, ancien champion d’Ottawa et Maître FIDE, Zachary Dukic, m’a partagé des informations vraiment intéressantes sur ce type de positions. Je le cite : « Il y a trois critères qui me viennent à l’esprit pour évaluer les finales de ce type : la sécurité du roi, la présence d’un pion passé (ou d’une majorité qui peut mener à la création d’un pion passé) et la présence de faiblesses structurelles ».

Pour revenir à la position, je n’avais pas la possibilité de me créer un pion passé et il y n’y avait aucune faiblesse dans la structure de pions de Sébastien. Il aurait fallu alors que je sacrifie mon pion f5 beaucoup plus rapidement afin de menacer des échecs perpétuels. J’ai manqué ce plan et Maître Azar a été tout à fait intraitable en finale. Encore une très belle partie de sa part alors qu’il n’a pas donné grand-chose. Il trône toujours aisément en première position et ce sera mission presque impossible de le faire trébucher d’ici la fin du tournoi.

Étienne Latreille vs Michel Arsenault : Étienne m’avait averti qu’il n’y avait rien de très excitant dans leur partie. Si celle-ci n’avait rien de très excitant, ça n’enlève rien à la très bonne performance des deux joueurs. En effet, depuis que j’analyse les parties du CEH, c’était la toute première fois que 2 joueurs atteignaient plus de 90% de précision selon chess.com.

En effet, Étienne et Michel ont atteint 92% de précision durant leur partie, wow! La seule faiblesse qu’Étienne pouvait cibler était le pion dame isolé de Michel. Il aurait pu d’ailleurs s’en débarrasser en jouant 20…d3! Celui-ci s’est toutefois défendu à merveille et c’est même Michel qui a gagné un pion dans la finale, mais la partie restait égale et la nulle a été conclue par les deux puissants joueurs.

Halldor Palsson vs Olivier Jacques : Olivier avait la très dure tâche d’affronter le puissant expert, Halldor Palsson. Saviez-vous qu’Halldor a déjà atteint la cote canadienne de 2244? Vraiment impressionnant! Très bon en ouverture, Olivier a joué sa slave Chebanenko contre Halldor. En temps normal, la Chebanenko est une ouverture peu connue, mais malheureusement pour Olivier, Halldor a affronté la Chebanenko à plusieurs reprises contre le champion Latreille ainsi que contre votre humble serviteur.

Quand Halldor a joué le thématique 13.e4, Olivier n’a pas bien réagi à cette poussée. L’avantage d’espace d’Halldor et sa puissante paire de fous ont causé beaucoup de dommages. Regardez d’ailleurs cette belle tactique de l’expert qui lui permettait de gagner un pion et de l’emporter grâce à ses pions passés et ses fous démoniaques :

24.Cxc6! Txc6 25.Fxd5. Après cette tactique, Halldor a vogué rapidement vers la victoire alors qu’il a été dominant dans cette partie avec un excellent pourcentage d’efficacité de 92,7%

Yves Filion vs Patrick Scantland : Après s’être farci son premier joueur d’élite, Yves tentait de récidiver contre un autre joueur d’élite, Patrick Scantland. L’ouverture peu connue jouée par Yves semble avoir causé quelques problèmes à Patrick. Yves s’est retrouvé dans une très belle position avec un cavalier monstrueux en f5.

Cela dit, il ne faut jamais compter Pat pour battu. Regardez cette position :

Les noirs ont trouvé l’excellent 24…Txh4! Par la suite, Patrick a fait une excellente démonstration pourquoi deux pièces sont généralement plus fortes qu’une tour. Très beau retour de sa part!

Anthony Massé-Garneau vs Samuel Filion : durant ce duel, Anthony a choisi la variante Tarrasch contre la française de Samuel, mais c’est vraiment ce dernier qui a opté pour la variante Blackburn de la Rubinstein. Et comme dans sa partie de la semaine avant, Anthony s’est retrouvé rapidement en finale. Je dois vous avouer que je m’étais gardé l’analyse de cette partie comme un dessert pour la fin, mais un cruel manque de temps ne m’a pas permis de rendre justice à cette belle partie. Je vais seulement mettre l’accent sur un moment crucial de la finale.

Dans cette longue partie de 56 coups, Anthony a manqué un coup super important au 50e coup : plutôt que de jouer le fautif 50.Re6? Anthony devait absolument jouer 50.Re4! afin de rester plus proche des pions passés de Samuel pour la nulle. Quelle finale incroyable de Samuel! La relève est assurée au CEH avec des jeunes prodiges comme Sam 🙂

Richard Vega vs Joel Lecorre : après avoir bien récupéré d’un problème de santé, Joel était fin prêt mardi passé. Un de nos nouveaux, Richard Vega a dû affronter la française de Joel, mais a joué une ouverture quelque peu étrange puisqu’il s’est fait déroquer au 5e coup. Un autre coup douteux a été joué au 7e coup alors que le roi de Richard obstruait son propre fou blanc après 7.Re2?! Joel a été impérial dans cette partie en gagnant une pièce au 15e coup. terminant la partie avec un gargantuesque pourcentage de précision de 94,9! Joel est de retour et en pleine forme, tenez-vous-le pour dit 😉  

Benjamin Trahan vs Mathieu Laflamme : un autre système de Londres a été joué par Benjamin dans cette partie. Vous vous souvenez peut-être que dans l’un de mes articles précédents, j’avais mentionné que la très grande majorité des défaites des joueurs de moins de 2000 étaient causées par un mauvais calcul de 3 coups ou moins. C’est exactement ce qui s’est passé pour Benjamin alors qu’il a manqué un calcul de 2 coups… et a perdu sa dame. Mathieu a alors filé aisément vers la victoire.

Voici le tableau de résultats

#NomIDCoteRd 1Rd 2Rd 3Rd 4Rd 5Rd 6Total
1Azar Sébastien1076822069W15W8W7W10W13W26
2Desjardins Michel431651868H—W27L10W4W14L13.5
3Scantland Patrick355501720W31L7D20W16L4W153.5
4Latreille Etienne1034692127L8W28W5L2W3D73.5
5Filion Samuel1072271507L18W31L4D15W27W83.5
6Lattafi Youcef1123221841W19H—W18H—U—U—3
7Arsenault Michel424911858W30W3L1H—U—D43
8Masse-Garneau Anthony1052601754W4L1W26L13W31L53
9Palsson Halldor Peter793781864H—H—H—H—U—W223
10Raymond Daniel785571696H—W17W2L1U—U—2.5
11Rioux Jocelyn1059531564H—W29H—H—U—U—2.5
12Marghetis Aris405881759H—H—W25H—U—U—2.5
13Mahdjoubi Abdelaziz1063181848H—H—H—W8L1U—2.5
14Thibault Mario536401639H—H—H—W24L2U—2.5
15Filion Yves281021446L1L19W31D5W23L32.5
16Lecorre Joël567661504H—H—H—L3U—W242.5
17Laflamme Mathieu1107051373H—L10H—H—U—W312.5
18Guimond Michel266731871W5H—L6H—U—U—2
19Seguin Hubert475071599L6W15D21H—U—U—2
20Arvisais Éric1106961397H—H—D3H—U—U—2
21Matkovsky Taras1099081315H—H—D19H—U—U—2
22Jacques Olivier1101551398H—H—H—H—U—L92
23Bastien André567001764H—H—H—H—L15U—2
24Vega Richardunr.H—H—H—L14U—L161.5
25Medeiros Joshua1094631476H—H—L12H—U—U—1.5
26Lavoie Aren1101561472H—H—L8H—U—U—1.5
27Pontier-Valois Hadrien1123681608H—L2H—H—L5U—1.5
28Albert Michel1098981130H—L4H—H—U—U—1.5
29Thompson Francis1099161790H—L11H—H—U—U—1.5
30Simard François1099131395L7H—H—H—U—U—1.5
31Trahan Benjamin1128631171L3L5L15B—L8L171

Section 60/30

Samuel Escalante-Leblond vs Learry Gagné : Samuel a choisi la variante de l’avance contre la Caro-Kann de Learry. Celui-ci a eu une ouverture difficile, mais lorsque vous jouez 5 coups de pions dans vos 6 premiers coups, c’est certain que vous aurez un problème de développement et vous serez même chanceux de sortir vivant de l’ouverture 😉 Samuel a été sans pitié et avec son énorme avantage de développement, il a profité du roi au centre de Learry pour porter le coup de grâce assez rapidement. Samuel est toujours invaincu depuis son arrivée au club et il trône confortablement en première position de la section 60/30.  Est-ce que quelqu’un sera en mesure de l’arrêter? Est-il trop fort pour cette section? Peut-être aurons-nous des réponses la semaine prochaine, mais quelles performances de Samuel depuis la nouvelle année!

Danielle Piché vs Vincent Perrier : un très beau duel a eu lieu entre Danielle et Vincent. Je semble me répéter, mais Danielle a encore une fois joué une très belle ouverture et elle a eu l’avantage et une dangereuse attaque à l’aile roi. Elle a seulement manqué un peu de « peaufinage ». Regardez cette position intéressante :

Danielle a joué l’imprécis 25.Th1?! et Vincent a répondu par 25…h5 alors que l’attaque des blancs est tombée à l’eau. Les blancs auraient pu jouer 25.Dh6 suivi de 26.Th1 et la défense h5 n’est évidemment plus possible. Après avoir paré l’attaque de son adversaire, Vincent a joué une très belle finale et j’ai bien aimé la tactique qu’il a jouée au 29e coup : Dxe3! Bravo!

Raphael Gagné vs John O’Connor : Raphael a joué son système de Londres contre John. Raphael a joué une très belle partie avec un pourcentage de précision de 86,8% selon chess.com. Mais la raison de la défaite de John a été facile à trouver : son manque de développement!

En effet après le 20e coup des blancs, la tour en a1, le fou en f8 et la tour en h1 sont restées sur leur case de départ (en fait, la tour en h8 a été capturée au 16e coup) et je ne parlerai pas de l’étrange cavalier en d8 et du pauvre roi au centre. On ne peut pas gagner aux échecs si on ne développe pas nos pièces et si on joue trop de coups de pion dans l’ouverture. Belle partie de Raphael alors que celui-ci se retrouve dans le trio de tête en compagnie de Daniel Gagnon et Samuel Escalante-Leblond.

Pierre Arcand vs Alexis Ballan : Pierre affrontait la scandinave d’Alexis et je trouve qu’il a été un peu trop passif dans l’ouverture avec des coups comme h3 et d3. Pourtant, c’est Pierre qui a manqué une belle occasion au 16e coup. Regardez cette position :

Pierre a joué le douteux 16.Fc3?! ce qui permettait à Alexis de retraiter sa dame en d6 tout en protégeant son pion e6. Les blancs auraient pu jouer 16.Ff4! et les noirs auraient été quelque peu dans le pétrin. C’est fort probable que Pierre ne voulait pas donner son pion b2 dans cette variante : 16.Fc3?! Dxb2 17.Tab1 Da3 18.Dxe6 et les blancs sont en contrôle. Dans cette position, les blancs sont heureux d’avoir échangé leur pion b contre le pion central e surtout qu’ils ont maintenant une colonne b semi-ouverte pour attaquer le roi adverse.

La partie était équilibrée jusqu’au moment où Pierre fit un mauvais calcul et perdit la qualité. Avec cet avantage matériel, Alexis a été intraitable par la suite dans cette partie serrée où il a joué une très belle finale!

Paul Chénard vs Marc Aubin : il y a eu beaucoup d’erreurs dans cette partie comme en témoigne le faible pourcentage de précision de 45% et 46% des deux joueurs, mais ce fut un match très divertissant. Les deux adversaires ont donné une quantité de pions et de pièces, mais lorsque Marc offrit sa dame sur un plateau d’argent, ça a été le commencement de la fin pour lui.  Je cite le Grand Maître Saviely Tartakower : ” The winner of the game is the player who makes the next-to-last mistake “. Cette citation signifie que les échecs sont un jeu d’erreurs et que le perdant fera toujours la dernière erreur du match 😉

Voici le tableau du Ladder:

À mardi prochain!

Échequement vôtre, Michel Desjardins 😉

Azar poursuit sa domination et Gagnon craque!

Récemment, je jasais avec mon ami Abdelaziz et il me remerciait de mes bons mots concernant l’un de mes récents articles. Il m’a dit sur un ton amusé qu’il n’était pas un joueur d’élite, mais qu’il avait apprécié mon commentaire. Et bien, faisons un petit calcul pas du tout scientifique. Dans les fichiers de la FQE, il y aurait (il y a sûrement plein d’erreurs) 13 375 joueuses et joueurs qu’on peut classer en ordre de cote. Un joueur qui atteint la cote de 1700 aux échecs serait classé environ 1404ème. Si on fait un calcul grossier, seulement 10% des joueurs d’échecs de la FQE seraient plus forts qu’un 1700! Mais revenons à mon ami, l’expert échiquéen, Abdelaziz Mahdjoubi, qui a déjà atteint une cote de 2044! Es-tu certain de ne pas être un joueur d’élite, Aziz? 😉

Merci de votre patience et voici enfin vos faits saillants de mardi passé :

Section 90/30

Sébastien Azar vs Abdelaziz Mahdjoubi : Aziz avait la très lourde tâche d’affronter le Maître avec les pièces noires. Il a d’ailleurs joué une bien meilleure scandinave que je l’ai fait la dernière fois contre Sébastien. Cela dit, notre quadruple champion aurait pu prendre un gros avantage dans l’ouverture en jouant cette suite 10.f4! Cg6 11.f5! Ce5 12.f4! et le pauvre cavalier en e5 est trappé! Un coup plus loin, j’ai beaucoup aimé 11…Cc6! qui était le seul coup pour Aziz afin d’éviter la catastrophe. Celui-ci n’a pas mal joué alors qu’il a même pu prendre un très gros avantage en jouant 19…b6! (-1,71). Il devait toutefois poursuivre par 20…Cf4!

Le Maître a peut-être tremblé, mais il est revenu très fort par la suite avec un jeu particulièrement précis. Après 27.Td1! c’était déjà fini alors que son adversaire a manqué un complexe tactique autour de son roi. L’ex-Champion est toujours invaincu avec 5 victoires en 5 parties et bien qu’il ait vacillé, il est toujours en contrôle. Qui pourra l’arrêter? Le champion Latreille? Youcef? Votre humble serviteur? La réponse mardi prochain 😉

Patrick Scantland et Étienne Latreille entament un duel intransigeant dans la Section 90/30

Patrick Scantland vs Étienne Latreille : Lors de leur dernier affrontement, Patrick avait causé beaucoup de problèmes au champion du CEH et celui-ci avait très certainement cette partie-là en tête. Comme il le fait souvent, Étienne a joué la slave Chebanenko, un système qui a été même promu par le grand Shirov, l’un des meilleurs attaquants de tous les temps. Patrick a joué sa fidèle variante d’échange, une variante qui m’a causé des problèmes dans le passé. Les 2 adversaires ont joué une très bonne ouverture même si je n’ai pas aimé que Pat enferme son fou en c1 quand il a joué 6.e3.

Une manœuvre un peu passive des blancs (15.Ce1?!) a donné un gros avantage aux noirs, mais ceux-ci l’ont perdu lorsqu’ils ont tenté 16…Fb8?! La partie a alors pris une tournure très tactique puisque le champion a sacrifié une pièce pour 2 pions et une forte initiative. Patrick a été emporté par une tempête tactique même s’il aurait pu survivre  à la toute fin s’il avait joué l’excellent 32.Tg5! Étienne a fini la partie avec un super pourcentage d’efficacité de 87,4%!

Michel Desjardins vs Mario Thibault : en 2018, j’ai affronté Mario avec mon ouverture Alapine contre sa ligne 2…g6 et je me suis fait miniaturiser en 25 petits coups (le terme « miniature » est employé pour les parties de 25 coups ou moins). Voici d’ailleurs la position finale de cette partie alors que j’ai abandonné après le 25…Fd4 de Mario :

Plusieurs années plus tard, je retrouve Mario avec ma chère Alapine (1.e4 c5 2.c3). Je craignais qu’il me joue encore sa fameuse ligne (2…g6). En effet, même si j’avais apporté des correctifs et des améliorations à mon ouverture, je ne me souvenais plus très bien de mes nouvelles lignes puisque c’est très rare qu’on me joue cette variante.  Quelle ne fut pas ma surprise quand Mario opta pour un système complètement différent. Il s’égara quelque peu dans l’ouverture et j’ai alors eu la chance de jouer le célèbre sacrifice grec comme on peut le voir dans la position suivante :

Qui a dit qu’il n’y avait pas de chance aux échecs? Même si je serai prêt la prochaine fois qu’on me joue la variante 2…g6, je pense que je l’ai échappé belle contre Super Mario 🙂

Benjamin Trahan vs Anthony Massé-Garneau : Benjamin est un jeune joueur prometteur au club et il devait affronter le dangereux Anthony Massé-Garneau. Benjamin a  joué son système de Londres comme d’habitude, mais il a été beaucoup trop passif dans son ouverture et son milieu de partie. Par exemple, il a joué le passif 5.c3?! plutôt que 5.c4. Et regardez cette position de la partie après le très passif 15.Fd1?! de Benjamin :

Le cavalier en b1 n’est pas développé, la tour en a1 n’est pas développée, la tour en h1 n’est pas développée et le roi n’a pas encore roqué. Déplacer une pièce déjà développée (Fe2) pour la mettre sur sa case de départ en d1? C’était loin d’être un très mauvais coup, car la position est fermée et c’est plus long pour les noirs de profiter du désavantage de développement des noirs, mais ça indiquait un mauvais plan ou pire, une absence de plan.

Quand Benjamin a décidé au 17e coup d’ouvrir la position avec 17.a4? alors qu’il n’était pas développé, un joueur d’élite comme Anthony ne laisse jamais passer ce genre d’occasions. Celui-ci a été incisif et sans pitié avec un pourcentage de précision de 94,4% et un joli mat au 32e coup!

André Bastien vs Yves Filion : Yves avait le redoutable défi d’affronter André Bastien, un joueur d’élite très difficile à battre lorsqu’il peut jouer son ouverture du pion dame. Ce fut la partie la plus longue de la soirée et les 2 joueurs se sont livrés un formidable duel. Yves m’a rapporté après la partie qu’il avait été un peu déçu de sa partie, car il avait fait plusieurs imprécisions. Il faut savoir que plus votre partie sera longue, plus ce sera difficile d’obtenir un gros pourcentage de précision selon chess.com. Yves a terminé avec un pourcentage d’efficacité de 77%, ce qui est loin d’être mauvais. Vous savez, lorsque vous avez la chance de battre un joueur d’élite, les circonstances de la victoire importent peu; cela reste une formidable victoire et Yves peut en être bien fier. D’ailleurs, voici le coup qui a mis fin à la partie puisqu’ un mat en deux s’ensuivait :    

Samuel Filion vs Hadrien Pontier-Valois : Hadrien est l’un des rares au club à jouer la scandinave 2…Cf6. Les deux meilleurs au CEH dans cette variante sont certainement l’expert et quadruple champion, Fabien Gagnon, ainsi que l’ancien champion de semi-rapide, André Bastien. Vous savez, Samuel m’impressionne de plus en plus avec ses ouvertures, mais surtout avec ses préparations spéciales. Dans sa partie contre Hadrien, il a joué la variante suivante : 1.e4 d5 2.exd Cf6 3.Fb5 Fd7 4.Fc4!? Même si les Grands Maîtres préfèrent le plus modeste 4.Fe2, on voit bien que Samuel connaît son ouverture. En passant, si Hadrien avait voulu éviter le fiasco qui s’ensuivit, il aurait fallu qu’il joue le coup théorique 4…Fg4! plutôt que 4…c6?! La position au 7e coup est tellement intéressante qu’elle mérite un diagramme :

J’aurais été effrayé de me retrouver dans les souliers d’Hadrien. Quelle position étrange! Les noirs ont joué un seul coup un peu douteux et ils semblent déjà sur le bord du précipice alors qu’ils vont assurément perdre le pion f7 en plus de se faire déroquer, ayoye! Pourtant, ils ont donné un pion afin d’avoir un développement plus rapide ainsi que plus d’activité que les blancs, mais ce sont eux qui se font attaquer! (normalement quand tu joues un gambit, c’est toi qui attaques et non l’inverse, ha ha!). Très franchement, je ne sais pas ce que j’aurais joué ici. 7…Fe6? et j’aurais perdu rapidement?

Dans la dite position, Hadrien a joué le meilleur coup : 7…Fc5! Incroyable, les blancs n’ont qu’un très petit avantage (0,20) et les noirs devraient survivre. Samuel a encore répliqué par le meilleur coup 8.Fxf7+.À ce moment-là, les noirs devaient jouer très précisément, car le moindre faux pas et c’était la fin. Par exemple, Hadrien devait jouer 9…Re7! (0,20) et non pas 9…Rf8? (1,46). Après 10.Fe6? Hadrien a manqué 10…h6! qui égalisait pratiquement puis lorsqu’il a joué 11…Re7? il a donné trop de matériel et Samuel n’a plus été inquiété par la suite alors qu’il a terminé la partie avec un très bon pourcentage d’efficacité de 87,6%

#NameIDRatingRd 3Rd 4Rd 5Total
1Azar Sébastien1076822069W6W7W11 5,0
2Desjardins Michel431651868L7W5W12 3,5
3Lattafi Youcef1123221841W15H—U— 3,0
4Masse-Garneau Anthony1052601754W23L11W29 3,0
5Latreille Etienne1034692127W13L2W8 3,0
6Arsenault Michel424911858L1H—U— 2,5
7Raymond Daniel785571696W2L1U— 2,5
8Scantland Patrick355501720D17W20L5 2,5
9Rioux Jocelyn1059531564H—H—U— 2,5
10Marghetis Aris405881759W22H—U— 2,5
11Mahdjoubi Abdelaziz1063181848H—W4L1 2,5
12Thibault Mario536401639H—W21L2 2,5
13Filion Samuel1072271507L5D14W24 2,5
14Filion Yves281021446W29D13W19 2,5
15Guimond Michel266731871L3H—U— 2,0
16Seguin Hubert475071599D18H—U— 2,0
17Arvisais Éric1106961397D8H—U— 2,0
18Matkovsky Taras1099081315D16H—U— 2,0
19Bastien André567001764H—H—L14 2,0
20Lecorre Joël567661504H—L8U— 1,5
21Vega Richardunr.H—L12U— 1,5
22Medeiros Joshua1094631476L10H—U— 1,5
23Lavoie Aren1101561472L4H—U— 1,5
24Pontier-Valois Hadrien1123681608H—H—L13 1,5
25Thompson Francis1099161790H—H—U— 1,5
26Laflamme Mathieu1107051373H—H—U— 1,5
27Albert Michel1098981130H—H—U— 1,5
28Simard François1099131395H—H—U— 1,5
29Trahan Benjamin1128631171L14B—L4 1,0

Section 60/30

Est-ce que Daniel Gagnon est resté invaincu dans cette section?

Learry Gagné vs Daniel Gagnon : Learry a choisi l’ouverture Bird contre Daniel. Cette ouverture a déjà eu quelques adeptes au club comme M. Guy Piché, par exemple. Learry a joué une belle ouverture en choisissant la variante de l’attaque Nimzo-Larsen. Il aurait pu d’ailleurs gagner une pièce en jouant 15.a3! puisque la seule case disponible du cavalier (c6) est contrôlée par le cavalier en e5. Regardez cette position :

Il est probable que Learry ait choisi de ne pas jouer 15.a3, car il craignait la suite 15…Fxe5. Pourtant, les blancs étaient parfaitement en contrôle : 15.a3! Fxe5 16.fxe5 et les 2 cavaliers des noirs sont attaqués par un pion, d’où la perte d’une pièce. Au 17e coup, Learry avait une autre tactique gagnante qu’il a manquée : 17.Fxh7!+ Rxh7 18.Dh5+ Rg8 19.Dxf7+ et les noirs ne pourront pas récupérer. Tout allait bien pour Learry alors que son attaque allait bon train, mais il a échangé les dames sans raison, ce qui permettait à Daniel de revenir dans la partie. Celui-ci aurait même pu prendre un avantage gagnant au 33e coup s’il avait tout simplement poussé son pion passé (33…c2) et les blancs auraient été obligés de donner une pièce pour arrêter le pion.

Par la suite, Daniel a fait un très mauvais calcul et il a été finalement vaincu pour la première fois en 2024! Une partie qui aurait pu aller d’un bord comme de l’autre.

Samuel Escalante-Leblond vs Raphaël Gagné : Samuel et Raphael se sont livrés un duel de tous les instants alors que les 2 joueurs ont eu leurs chances de l’emporter. C’est Raphaël qui a eu la première occasion alors qu’il a gagné un pion central en jouant tout simplement 6…dxe4. Pourtant, c’est Samuel qui aurait pu mettre le match hors de portée une dizaine de coups plus tard après 15…0-0? En effet, il pouvait gagner une pièce en jouant cette suite : 16.Txd7! Cxd7 17.Fxe7. La variante qu’il a choisie lui a procuré 2 pièces pour une tour et un pion. Avec ce petit avantage, il a mieux joué la finale que son adversaire et il est allé chercher le point dans une longue partie de 66 coups!

Voici le Tableau des résultats récents du 60/30. Nous avons éprouvé des difficultés à reproduire le format habituel du Ladder. Mais ce pointage donne une idée de ce qui s’est passé. Nous espérons pouvoir fournir un Tableau plus avancé d’ici la semaine prochaine.

#NameIDRatingRd 3Rd 4Rd 5Total
1Escalante-Leblond Samuel112978unr.W5W11W3 4,5
2Gagnon Daniel1119781285W4W12L8 4,0
3GagnÉ Raphaël1109641210W13L7L1 3,0
4Ballan Alexis1123441107L2U—W5 2,5
5PichÉ Danielle109911923L1L9L4 2,0
6Matkovsky Taras1099081315U—W8U— 2,0
7Arcand Pierre1054531200W9W3U— 2,0
8GagnÉ Learry455731238W10L6W2 2,0
9ChÉnard Paul110152933L7W5W11 2,0
10Simard François1099131395L8U—W12 1,5
11O’Connor John1128611223U—L1L9 1,0
12Albert Michel1098981130U—L2L10 1,0
13Simard Paul1031241295L3U—U— 1,0
14Seguin Hubert475071599U—U—U— 0,5
15Dassylva Nicolasunr.U—U—U— 0,5
16Popyk Danil112862929U—U—U— 0,0
17Zheng Félixunr.U—U—U— 0,0

Michel Albert vs François Simard : dans cette partie, François affrontait le système de Londres de Michel. Les noirs auraient pu aller chercher un gros avantage dans l’ouverture en jouant : 9…c4! 10.Fe2 Dxb2 11.Tb1 Dxc3 12.Txb7 Ta7. Leur pion passé en c4 aurait été très dangereux. Au 20e coup, Michel a donné une pièce brute à François et celui-ci n’a eu aucun mal à terminer la partie.

Paul Chénard vs John O’Connor : ouverture quelque peu étrange entre les 2 joueurs alors qu’après seulement 2 coups (1.e4 e5 2.Cf3 h6?), Paul pouvait gagner un pion en jouant tout simplement 3.Cxe5. Mais il n’a pas pris le pion et j’ai essayé de comprendre ce qui s’était passé. Vraisemblablement, Paul a eu peur de la variante suivante ou d’une suite similaire : 3.Cxe5! De7 4.d4 d6 5.Cf3 Dxe4+ 6.Fe3.

C’est vrai que les noirs ont récupéré leur pion perdu, mais ils se retrouvent avec une moins bonne formation de pions, ils sont en retard de développement et ils vont devoir perdre un autre tempo alors que 7.Fd3 ou 7.Cc3 attaquera leur dame. Au 8e coup, Paul a joué un coup terrible puisqu’il a donné une pièce et une qualité en jouant 8.d3? (8.d3? Fxc3+ 9.Fd2 Fxa1 10.Dxa1). Comme c’est lui qui a gagné la partie, j’ai même pensé qu’il y avait peut-être eu une erreur dans le résultat de la partie? Et non! La position suivante mérite un diagramme après le 12e coup :

Les noirs ont une tour et un pion de plus (6 points!) : un avantage matériel gigantesque! Regardez maintenant la position 13 coups plus tard (après 25…Rf7?) :

Les noirs ont toujours une tour de plus, mais cette tour ne vaut plus grand-chose, car les blancs ont pris le contrôle de la partie et le jeu beaucoup trop passif des noirs a mené à leur perte. Un incroyable revirement de situation et une partie crève-cœur pour notre ami John.

Alexis Ballan vs Danielle Piché : Encore une fois, Danielle a joué une très belle ouverture alors que dans cette scandinave, les deux adversaires ont joué des coups théoriques durant les 9-10 premiers coups, bravo! Dans le milieu de partie, Alexis a orchestré une belle attaque et Danielle a été en position défensive pendant une bonne partie du match. Pourtant, elle se défendait bien et repoussait tant bien que mal les assauts d’Alexis. D’ailleurs, celui-ci aurait pu mettre fin à la partie plus rapidement en gagnant une tour au 23e coup, car il pouvait tout simplement jouer 23.Txd8 (la tour était attaquée 2 fois, mais protégée qu’une seule fois). Il gagna finalement cette tour au coup suivant et la partie quelques coups plus tard.

À mardi prochain!

Échequement vôtre, Michel Desjardins 😉

Début fracassant du joueur élite, Abdelaziz Mahdjoubi, et Daniel Gagnon continue sa domination dans la section 60/30!

Section 90/30

Tout d’abord, toutes nos excuses concernant l’absence des tableaux dans ce rapport. On a eu un petit problème technique et nous sommes dans l’impossibilité pour le moment d’afficher ces tableaux. La situation devrait se rétablir dans les prochains jours, merci pour votre patience. J’en profite également pour vous rappeler que vous avez accès à toutes les parties du club en cliquant sur l’icône ” Collections “, puis sur le tournoi Capablanca.

Daniel Raymond vs Sébastien Azar: fort de sa belle victoire de la semaine passée, Daniel s’attaquait maintenant à nul autre que le quadruple champion du CEH, le Maître Sébastien Azar. Ce dernier semble invincible récemment et c’était un énorme défi qui attendait Daniel. Les 2 joueurs ont plutôt bien fait dans l’ouverture de cette sicilienne, variante classique. Seb a été le premier à mettre de la pression sur son rival avec 14…Db5. Je ne serais pas surpris si mon chum Daniel a rêvé au coup correct 15.a4 dans ses rêves…et ses cauchemars 😉  Toujours est-il qu’après 15.Tb1? le Maître a joué la fourchette 15…Cd3 qui gagnait la qualité. Daniel a bien essayé de revenir dans la partie, mais Sébastien a assuré et comme disent les Grands Maîtres, le reste n’était qu’une question de technique. Avec son 4/4, c’est tout qu’un « statement » qu’il envoie à tous les joueurs du club durant ce dernier tournoi de lentes avant le CFO. C’est clair que l’ex-champion veut retrouver son trône et il n’entend pas à rire.

Étienne Latreille vs Michel Desjardins :

Michel Desjardins avait les noirs contre Étienne Latreille, l’actuel Champion de l’Outaouais

J’ai été très chanceux de me sauver avec le point, car la partie aurait dû se terminer par la nulle. Avec moins d’une minute au compteur, Étienne a trop forcé pour le gain dans une partie qu’il a contrôlée la majeure partie du temps. Il a manqué une enfilade en pression de temps. Je me considère également chanceux parce que dans l’analyse d’après-match, j’ai réalisé qu’Étienne avait calculé plus en profondeur certaines lignes que votre humble serviteur.

J’ai aussi fait une autre observation intéressante : avez-vous remarqué que les deux plus forts joueurs du club, Sébastien Azar et Étienne Latreille, prennent généralement plus  de temps dans l’ouverture que les autres, et ce, même s’ils connaissent probablement mieux leurs ouvertures que le commun des mortels? Je suis convaincu que les joueurs au CEH jouent trop rapidement leurs ouvertures, moi y compris. Pour revenir à nos 2 super joueurs, on est chanceux de les avoir au club, car ils rendent assurément tout le monde meilleur.

Yves Filion vs Samuel Filion : un incroyable duel a eu lieu entre le père et le fils et comme je l’ai déjà mentionné auparavant, les 2 joueurs n’avaient aucunement l’intention de repartir avec un demi-point. Point paradoxal, même si les deux Filion optent toujours pour la variante d’échange dans la française, qui est considérée comme une variante plutôt annulante, ce n’est aucunement une indication de leur style de jeu puisqu’ils jouent toujours pour le gain. J’ai été bien impressionné par l’excellent 16.b5! d’Yves qui montrait une belle compréhension de son jeu positionnel.

Mais c’est Samuel Filion qui a été plus précis et incisif dans la partie. La seule raison pour laquelle Samuel a été incapable d’aller chercher le point complet est à mon humble avis la tactique! C’est vrai que Samuel n’a pas manqué une jolie tactique au 23e coup (23…Txe3! 24.Txe3 Cxe2) alors qu’il a gagné 2 pièces pour la tour. Avec son petit avantage matériel,  Samuel a eu une première chance de l’emporter dans la partie au 42e coup. En effet, le clouage 42…Db7! était complètement gagnant grâce à la variante suivante 42…Db7! 43.Rh2 Ce6 0-1.

Et 3 coups plus tard, Samuel aurait pu jouer 45…Da8!! et les blancs auraient été complètement perdus. Donnons beaucoup de crédit à Yves qui s’est battu d’arrache-pied en allant chercher un demi-point à son talentueux fils 🙂

Abdelaziz Mahdjoubi vs Anthony Massé-Garneau :

Un nouveau joueur d’élite a fait son entrée au CEH mardi passé, Abdelaziz Mahdjoubi. J’ai toujours aimé son style tactique et agressif. Pour son premier match au club, il devait affronter l’un de nos joueurs de l’heure, le redoutable Anthony Massé Garneau! D’ailleurs, celui-ci a bien réagi à l’ouverture agressive d’Abdelaziz.

En effet, Anthony a réussi à diminuer la pression des blancs en faisant quelques échanges opportuns. En raison de son expansion de pions trop rapide à l’aile roi, la partie est devenue un peu plus difficile pour Abdel. D’ailleurs, Anthony aurait pu prendre le contrôle de la partie s’il avait joué 14…gxf4! 15.exf4 Db6. En jouant tout de suite 14…Db6, il permettait à son adversaire de jouer le beau coup défensif 15.Dd4! qui n’était pas possible après 14…gxf4!

Au 17e coup, Anthony aurait pu jouer l’excellent 17…Fh6! Et il aurait fallu idéalement que son opposant voie cette belle suite : 17…Fh6! 18.Cxf4! (ça ne perd pas une pièce?) Fxf4 19.Fd3 et les blancs regagnent leur pièce à cause du clouage de la tour en h8. Le reste de la partie a été une belle démonstration tactique d’Abdelaziz. Son 25.Cf6+ était superbe (si Anthony avait pris la pièce, il aurait perdu rapidement) et que dire de sa manœuvre 32.Cf4! dans le but de jouer 33.g6! pour mettre fin à la partie? Une partie inspirée d’Abdel même si Antho a été dans le coup, tout le temps.

Joel Lecorre vs Patrick Scantland : c’était le grand retour au jeu de mon ami Joel puisque c’était sa première partie lente depuis deux mois. Et il n’a pas eu l’air trop rouillé alors qu’il pouvait gagner une pièce en jouant 7.g4! Fg6 8.Cxd4 cxd4 9.Fb5+ qui gagne la dame (les noirs auraient été obligés de jouer 7.g4! e6 8.gxh5 qui donne « seulement » une pièce). Avec son avantage d’espace en plus de deux pions d’avance, Joel était en parfait contrôle. Cela dit, Patrick est un joueur rusé avec beaucoup d’expérience. Je l’ai vu revenir de positions aussi désavantageuses; c’est un guerrier qui n’abandonne jamais.

Bien sûr, Joel aurait dû échanger les dames quand il le pouvait. Son roi s’est soudainement retrouvé sous les feux ennemis. Après l’échec de la tour en c3, s’il avait joué 36.Rg2 plutôt que le fautif 36.Rxf4? son roi aurait pu se trouver en sureté. Un peu de rouille peut-être? Mais quel retour de Pat dans cette partie!

Mario Thibault vs Richard Vega : c’était enfin la première partie de Mario Thibault en 2024 et ce fort joueur affrontait un nouveau au club, le très sympathique unilingue anglais, Richard Vega 🙂 Mario semblait affamé et il a commencé en lion avec une très rapide attaque à l’aile roi dans le but d’évincer son adversaire de l’échiquier. Cela dit, Richard s’est bien battu. Je crois que cette position mérite un diagramme :

Dans cette position, le meilleur coup était de jouer 11…e4! Une fois que le fou blanc devient enfermé, les blancs perdent une très dangereuse pièce d’attaque. Le coup de Richard (11…g6) était le 2e meilleur coup et après l’évident 12.Dxe5 qui gagne un pion, les blancs se sont retrouvés dans une position complexe. En effet, après le très bon 12…c6! de Richard, Mario s’est alors rendu compte qu’il allait perdre la dame avec la menace imparable 13…Fc7! Celui-ci devait donc sacrifier une pièce en d5 en obtenant 3 pions pour la pièce. La partie restait alors fort équilibrée après 11…g6 12.Dxe5 c6! 13.Cfxd5! cxd5 14.Cxd5. Je suspecte que Richard ait joué un peu trop vite son 14…Cd7?? qui donnait sa précieuse dame. Mario a bien sûr sauté sur l’occasion et il a miniaturisé son adversaire en 18 maigres coups. Comme je l’ai déjà mentionné pour Michel Guimond, si vous donnez trop de chances à un dangereux joueur comme Mario Thibault, il vous punira sèchement 😉

Le classement de la section Open est donc le suivant:

#NomIDCoteRd 2Rd 3Rd 4Total
1Azar Sébastien1076822069W5W4W34
2Lattafi Youcef1123221841H—W9H—3
3Raymond Daniel785571696W22W11L13
4Arsenault Michel424911858W10L1H—2.5
11Desjardins Michel431651868W21L3W62.5
10Scantland Patrick355501720L4D13W262.5
5Masse-Garneau Anthony1052601754L1W17L252
6Latreille Etienne1034692127W19W15L112
25Mahdjoudi Abdelazis1063181848H—H—W52
7Rioux Jocelyn1059531564W20H—H—2
8Marghetis Aris405881759H—W16H—2
9Guimond Michel266731871H—L2H—2
29Thibault Mario536401639H—H—W272
12Seguin Hubert475071599W18D14H—2
13Arvisais Éric1106961397H—D10H—2
14Matkovsky Taras1099081315H—D12H—1.5
15Filion Samuel1072271507W24L6D181.5
18Filion Yves281021446L12W24D151.5
16Medeiros Joshua1094631476H—L8H—1
17Lavoie Aren1101561472H—L5H—1
19Albert Michel1098981130L6H—H—1
20Thompson Francis1099161790L7H—H—1
21Pontier-Valois Hadrien1123681608L11H—H—1
22Laflamme Mathieu1107051373L3H—H—1
23Simard François1099131395H—H—H—1
26Lecorre Joel567661504H—H—L101
27Vega Richard1064251194H—H—L291
24Trahan Benjamin1128631171L15L18H—0.5

Section 60/30

Daniel Gagnon vs Michel Albert : Michel a joué la défense française et son adversaire a choisi la variante de l’avance (3.e5), la plus populaire à notre club contre la vénérable française. Au 3e coup, M. Albert a préféré 3…Ce7 Plutôt que le standard 3…c5. Je me permettrais un conseil dans cette variante : si les noirs vous permettent de jouer votre fou en d3, faites-le. Daniel a joué un peu plus passivement en jouant son fou en e2 et Michel s’est retrouvé avec une belle ouverture.

Généralement dans la variante d’avance de la française, les noirs vont contre-attaquer au centre et leur cible est normalement le pion d4. Malheureusement, les noirs n’ont jamais joué le théorique cxd4 pour s’en prendre au centre des blancs. Toutefois, comme lors de sa première partie en 2024, Daniel a tenté un sacrifice qui s’est révélé douteux au 13e coup :

Après 13.Cg5?, Michel devait absolument accepter le sacrifice en jouant 13…hxg5! Et même si les blancs jouaient 14.Dxf7+, le roi blanc se réfugie tout bonnement en d7 et les noirs ont un avantage matériel important. En jouant plutôt 13.Rd7?, c’était le début de la fin pour Michel qui perdait un pion et une qualité. Malgré 2 sacrifices douteux dans ses 3 premières parties en 2024, Daniel Gagnon est le meneur de la section 60/30 avec 3 victoires en 3 parties. Qui pourra l’arrêter? J’ai bien hâte de voir un duel Daniel Gagnon vs Samuel Escalante-Leblond!

John O’Connor vs Samuel Escalante-Leblond : regardez cette position après le 14e coup des blancs :

Nous constatons d’emblée que Samuel a joué une bien meilleure ouverture : les noirs ont plus d’espace avec un pion en d5 alors que le pion le plus avancé pour les blancs est seulement en e3. Les noirs ont également un important avantage de développement; ils ont déjà roqué et leurs tours sont liées alors que les blancs espèrent roquer au coup suivant. Enfin, les pièces noires sont bien placées sur l’échiquier avec un puissant cavalier central en e5. Du côté des blancs, on a des pièces qui ne travaillent pas bien ensemble et un pauvre cavalier sur la bande en a4. Grâce à ces avantages énumérés ci-dessus, les noirs ont déjà un avantage de -1,41 malgré l’égalité matérielle. Cela signifie que la position des noirs est tellement bonne que c’est comme s’ils avaient un pion et demi de plus.

De fait, Samuel a manqué un coup qui aurait été douloureux pour les blancs : 14…d4! Dans toutes les variantes, les blancs perdent un pion comme dans celle-ci : 14…d4! 15.exd4 Dxd4 (attaque le pauvre cavalier inutile en a4) 16.Cc3 Cxd3 (16…Cc4! serait encore meilleur!) 17.cxd3 The8+ 18.Rf1 Dxd3+. En jouant 14…The8, Samuel a permis à John de revenir dans la partie avec le grand roque.

Ensuite, John a mieux joué que dans l’ouverture et la partie était bien engagée! John a manqué quelques coups pour prendre l’initiative et Samuel a raté à plusieurs reprises le plan de pousser le pion c. Je termine l’analyse sur une magnifique combinaison de Samuel Escalante-Leblond! (ne regardez pas le texte après la photo si vous voulez essayer de trouver le coup de Samuel 😉 :

30…Cf2! Wow! Même si 30…c4!! était encore plus fort selon le logiciel, quelle belle tactique de Samuel! Le point-clé étant que si les blancs prennent le cavalier en f2, leur tour en h1 tombe sur échec en plus. Avec une qualité en poche, Samuel n’a plus été inquiété et l’a emporté de belle façon.

Taras Matkovsky vs Learry Gagné : Learry a choisi la Caro-Kann qui est la 4e ouverture la plus populaire contre 1.e4 dans le monde. Après les coups usuels de la variante de l’avance (1.e4 c6 2.d4 d5 3.e5 Ff5), Taras a opté pour la dangereuse variante Tal (4.h4). En fait, cette variante est vraiment dangereuse si les noirs ne connaissent pas bien la théorie de cette ligne.  Les noirs doivent répondre à cette variante par le coup 4…h5, ce qui permet une case de sortie à leur fou blanc. Malheureusement pour Learry, celui-ci a joué 4…e6? ce qui donnait une pièce après 5.g4! Taras l’a facilement emporté avec sa pièce de plus.

Pierre Arcand vs Raphael Gagné : avant le début de sa partie, Pierre est venu me voir pour me demander si je pouvais fermer le club, car il devait quitter un peu plus tôt. Je pense qu’il était vraiment pressé de partir, car comme pour notre ami Mario, il avait décidé de ne pas s’éterniser devant l’échiquier alors que sa partie s’est aussi terminée en 18 petits coups. À mon très humble avis, Raphael a eu une hallucination visuelle un peu comme celle d’Éric Arvisais avant les fêtes. J’ai comme l’impression que quand il a sacrifié son fou en h3 (16…Fxh3?), il avait imaginé cette suite : 16…Fxh3 17.gxh3 Dxf3. Vous comprenez bien que 17…Dxf3 est un coup illégal puisque la dame est en c7. C’est ce que j’appellerais donc une hallucination visuelle et si c’est ce qui est arrivé à Raphael, je compatis avec lui, car ça m’est aussi arrivé dans le passé 😉

Danielle Piché vs Paul Chénard : Danielle a certainement eu ses chances dans cette partie. Par exemple, elle pouvait gagner aisément un pion au 8e coup en jouant 8.cxd5 exd5 9.Cxd5. Elle pouvait encore gagner le même pion au coup suivant. La position de Paul était difficile à tenir, car il a poussé trop rapidement ses pions. Au 11e coup, Danielle pouvait de nouveau gagner un pion en jouant le simple 11.Dxg4. Par la suite, c’est possible que Danielle ait été un peu trop aventureuse avec sa dame, mais même quand Paul a gagné un pion en jouant 15…Cxd4, Danielle aurait eu une meilleure partie si elle avait rapatrié sa dame en d1. Après la perte de sa dame, la côte fut impossible à remonter pour Danielle et Paul n’a plus été inquiété par la suite.

À mardi prochain!

Échiquéennement vôtre, Michel Desjardins 😉