Archives d’un auteur

PREMIERS BALBUTIEMENTS DE LA LÉO EN 1979: un article de Marcel Laurin

Toujours à la recherche de rares trésors échiquéens de chez nous, engloutis et bien cachés quelque part dans le fond de notre mémoire collective historique, il arrive parfois que certains d’entre eux se libèrent, remontent à la surface, flottent momentanément, puis éventuellement redisparaissent, peut-être même pour toujours, comme s’ils n’avaient jamais existé.

Donc, lorsque ces dandinant lambeaux apparaissent, font la vague et scintillent à la lueur de nos yeux, il faut savoir les reconnaître et les extirper de leur prison temporelle avant qu’il ne soit trop tard. On leur redonne ainsi vie et ils reprennent la place qui leur appartient dans notre patrimoine des 64 cases. Ainsi, un important morceau manquant de notre puzzle vieux de plus de 40 ans s’ajoute à notre histoire.

Depuis quelques mois, dans le but d’effectuer une importante mise à jour de nos archives, j’essaie de retracer les noms et années correspondantes de nos champions de la première décennie LÉO. J’ai besoin de trouver des faits irréfutables, de la vraie prude exactitude ! Je suis très avancé dans ce projet et je crois qu’il sera terminé au printemps.

Mes recherches consistent à lire de nombreuses revues échiquéennes québécoises et canadiennes des années 80 et aussi de retracer des articles dans différents journaux et quotidiens de la région pouvant m’aider à trouver les éléments de preuve manquants. Un autre moyen que j’utilise est de communiquer avec des joueurs d’échecs de cette époque, qu’ils soient joueurs de tournois, simples amateurs ou témoins privilégiés d’un événement quelconque me permettant de progresser vers cette vérité manquante tant recherchée.

La chance m’a souri la semaine dernière en discutant avec Jacques Côté, triple champion LÉO. Je voulais tout d’abord l’inviter au Club d’Échecs de Gatineau, ouvert tous les vendredis soir, pour lui remettre 3 photos de son époque glorieuse, prises dans différents tournois où il apparaît à son meilleur devant un échiquier. J’anticipais aussi de creuser dans sa mémoire en l’interrogeant sur son parcours qui l’a mené aux titres. Peut-être que par la révélation de son vécu, je pouvais obtenir de l’information ou des
données qui pourraient s’entrecroiser et m’indiquer une direction à suivre dans ce compact milieu échiquéen pour ainsi m’aider à compléter mon travail de recherche et finalement dénouer une fois pour toutes le mystère de l’identité des recherchés champions LÉO oubliés des années 80.

Eh bien non, bien qu’il était un bon ami du Champion LÉO Denys Laurin qu’il a côtoyé lors de son arrivée en Outaouais, Jacques ne pouvait pas m’aider dans ce sens puisqu’il est arrivé tardivement par chez nous, soit juste après les années visées de ma recherche.

Cependant, parle-parle jase-jase, Jacques qui est correcteur d’épreuve de métier m’apprend qu’il termine son dernier contrat, puis c’est la retraite. Il révise le roman du Hullois Henri Lessard intitulé Ligne de grains, Éditions l’Interligne, 2022 (200 pages) qui sera en librairie le 8 juin.

Ce qu’il y a de particulier avec cet auteur, c’est qu’il est aussi un illustrateur. Son roman ne parle somme toute qu’une fois brièvement des échecs, mais le lien avec la LÉO se situe plutôt 42 ans auparavant. Monsieur Lessard était étudiant en 1979 au CEGEP de l’Outaouais et impliqué au journal étudiant L’Entremetteur tout comme Roger Roy et Marc Lamoureux. Ces derniers contribuaient au développement des échecs dans leur milieu scolaire et aussi en Outaouais en faisant partie du premier CA de la LÉO, Roger comme
Président et Marc comme Directeur. La LÉO est devenue officiellement un OSBL en novembre 1979 et a organisé son premier tournoi homologué FQE en janvier 1980 dans des classes du deuxième étage du CEGEP de l’Outaouais. J’y étais comme participant à ce Tournoi Ouvert de Hull 1980 et c’est là que j’ai rencontré pour la première fois Roger et Marc.

Un mois auparavant, un article signé par nos importants bâtisseurs LÉO feu Roger Roy et Marc Lamoureux, agrémenté d’une superbe illustration d’Henri Lessard, apparaissait dans leur journal étudiant et j’ai réussi à mettre le grappin sur ce trésor sorti de nulle part. Chronologiquement, il devient un élément précurseur de nos archives. Essentiellement, c’est un article signé par nos 2 représentants LÉO, alors étudiants au CEGEP, qui dévoile leur enthousiasme et leur dévouement qui imprègneront avec succès les premiers jours de notre naissante Ligue.

Il s’agit d’un important document, oublié et presque perdu, qui nous révèle le travail acharné de nos pionniers par leurs premières actions concrètes de défricher le vaste territoire d’une région prête à l’implantation de clubs d’échecs. Grâce à eux, cela a permis depuis fort longtemps aux joueurs d’échecs de l’Outaouais de satisfaire leur passion de vivre l’exaltation des sérieuses compétitions, de se regrouper sous une bannière, soit la LÉO, d’être accueillis régulièrement dans des endroits propices aux activités échiquéennes, de se faire des amis et d’améliorer son calibre de jeu.À Roger, Marc et Henri, un gros merci 42 ans plus tard !

Marcel Laurin,
Ex-Président LÉO

DIRECTION LE RELAIS : une reprise des activités sous la supervision d’un tandem C.I.E.L. – C.E.G.

Tous les vendredis, 52 semaines par année, à partir du vendredi 27 août, tous les joueurs d’échecs de l’Outaouais pourront venir au Relais des Jeunes Gatinois du 315 rue Migneault, à compter de 18h30, pour jouer aux échecs.

Qu’ils soient novices ou joueurs aguerris, tous pourront s’amuser lors des parties amicales et même, s’ils sont prêts, s’affronter mutuellement dans de sérieuses compétitions homologuées à la FQE.

De plus, ils pourront toujours s’améliorer en étant attentifs aux judicieux conseils des instructeurs chevronnés sur place lors des sessions d’apprentissage adaptées au niveau de chacun.

LE CLUB INTERGÉNÉRATIONNEL D’ÉCHECS LAURIN (C.I.E.L.)

Assombri depuis 18 mois par les toxiques nuages de type cumulovirus, le ciel échiquéen outaouais va enfin recommencer à offrir des activités en personne.

Heureusement, un souhaité vent vaccinal sanitaire chasse peu à peu nos indésirables envahisseurs, si bien que, dorénavant, notre firmament reprend progressivement ses belles couleurs bleutées.

La mission de ce club d’échecs est de former une nouvelle génération de joueurs d’échecs. Tous les jeunes, et moins jeunes, auront la chance d’apprendre à jouer aux échecs CORRECTEMENT, et ce GRATUITEMENT en tout temps, sans exception.

Pour certains, les échecs demeureront toujours un simple jeu ou passe-temps qu’ils auront appris de la bonne façon pour pouvoir s’amuser en famille ou entre amis, sans plus.

Pour d’autres, une passion se développera et l’attrait des vrais tournois, accentué par une progression vers les niveaux Expert ou Maître, fera d’eux nos vrais joueurs de compétition LÉO en croissance.

Ils deviendront, sait-on jamais, de futures étoiles qui illumineront notre ciel échiquéen.

LE CLUB D’ÉCHECS DE GATINEAU (C.E.G.)

Depuis les débuts de la LÉO en 1979, le Club d’Échecs de Gatineau a toujours eu ses pénates dans le secteur Desnoyers du Vieux-Gatineau.

Nous étions au Centre Apollo de la rue Carle dans les années 80 et plus récemment au Relais des Jeunes Gatinois de 2011 à 2016.

J’étais alors le directeur de ce club et avons connu beaucoup de succès lors de ces deux fructueuses périodes. Heureusement, toutes nos activités et résultats des tournois sont retraçables dans nos archives LÉO en consultant nos revues Matou.

Quelques courtes périodes temporaires de déménagements forcés par d’importantes rénovations à ces vieilles infrastructures ont nui à la survie du C.E.G.  Mais deux autres très longues périodes de dormance par manque de ressources humaines ont pratiquement fait échec et mat au vieux club pionnier.

Jamais deux sans trois, si bien que nous ressuscitons de nos cendres une fois de plus.

Cette fois, le rôle du C.E.G. sera d’organiser des tournois mensuels homologués qui débuteront en octobre.  Il y aura donc des parties de type Semi-Rapide d’une durée par joueur de 25 minutes à la cadence Fischer pour les intéressés. Les règlements sont d’un maximum de 10 parties par mois, il faut être membre de la FQE et il en coûte 5$ pour participer et ainsi couvrir les frais de cotation et autres dépenses. Il s’agit d’un système flexible. On n’est pas obligé d’être présent à tous les vendredis et même, si présent, de jouer des parties homologuées si ça ne nous le dit pas.

Nous élirons un comité administratif pour prendre en charge le fonctionnement de ce club, soit un directeur, un trésorier et un secrétaire et, s’il y a intérêt, un ou deux officiers.

CONCLUSION

On peut jouer ou apprendre à jouer aux échecs tous les vendredis soir SANS FRAIS sous l’égide du C.I.E.L.

On peut jouer dans de vrais tournois mensuels cotés FQE, organisés par le C.E.G., coût de 5$, système flexible et ainsi connaître notre niveau de jeu.

J’espère vous voir au Relais bientôt !

Marcel Laurin,

Directeur du Club Intergénérationnel d’Échecs Laurin

Entraîneur Senior de la Fédération québécoise des échecs

DIFFICILE REMISE DES TROPHÉES LSE 2020 AUX ÉCOLES CHAMPIONNES

L’inattendue pandémie aura joué de vilains tours aux plus sérieux jeunes joueurs d’échecs de l’Outaouais. Non seulement a-t-elle annulé leur troisième et dernier tournoi LSE 2020, fermé leur école et vidé les clubs d’échecs, elle m’a même retardé et compliqué la remise des deux précieux trophées à leur école championne de niveau primaire et secondaire.

Je suis allé début avril les chercher chez notre président LÉO Hubert Séguin pour leur mise à jour, soit l’inscription du nom de l’école championne et de leurs participants. Il a ensuite fallu attendre un bon mois pour une réouverture des commerces spécialisés dans ce domaine, une semaine pour en choisir un capable de faire un travail de qualité à bon prix et encore deux autres semaines pour finalement les récupérer.

On leur a donné fière allure par l’ajout d’une large base de couleur noir pour avoir suffisamment d’espace au travail d’inscription des noms de tous les jeunes champions et d’une plaisante plateforme décorative de soutien qui a du charme.

Il ne me restait plus qu’à aller les remettre aux écoles gagnantes. Mais, encore là, ce n’est pas si facile que c’en a l’air puisqu’elles sont actuellement fermées. Heureusement, il y a deux semaines plus tard un déconfinement partiel dans les écoles primaires de l’Outaouais mais pas question que je me présente à l’école Montessori de l’Outaouais, les visiteurs sont formellement interdits. Quant au collège Saint-Alexandre, faudrait oublier cela, il est fermé jusqu’en septembre.

Je cherche donc avidement une solution plausible pour ne pas être obligé d’attendre jusqu’en septembre, capable de déjouer la Covid et de remettre en toute sécurité, une fois pour toutes et comme il se doit, les deux précieux trophées à l’intérieur des murs de ces importantes institutions privées.

Finalement, je la trouve la manière idéale d’en terminer rapidement et en toute sécurité avec ce délicat travail.

La famille Brunet est la clé de mon énigme. Nicolas est en quatrième année à Montessori et l’actuel Champion d’échecs de son école. Il a participé aux deux tournois LSE et sa maman Annie vient chaque jour le chercher en fin d’après-midi après les cours. Elle a accepté d’y apporter l’attendu trophée, un deuxième titre comme Champion du Niveau Primaire en Outaouais en quatre ans pour cette école.

Alexandre, Nicolas et Marc-Antoine Brunet avec Marcel Laurin

De plus, elle est membre de l’Association des parents du collège Saint-Alexandre. Cela lui gratifie l’accès dans la bâtisse malgré la fermeture, un simple rendez-vous administratif à prendre et le tour est joué. Elle a accepté d’y apporter leur précieux trophée très bientôt, un troisième titre consécutif comme Champion du Secondaire en Outaouais en trois ans, un gros 3 en 3 pour ce renommé collège !  Alexandre est en Secondaire I et Marc-Antoine, le capitaine de l’équipe d’échecs CSA, en Secondaire III. Ils ont tous les deux joué dans les deux tournois LSE.

J’ai donc rejoint par téléphone la famille Brunet pour leur soumettre ma proposition qui fut acceptée illico. Je suis allé un dimanche après-midi leur remettre les trophées chez eux, on a pris quelques photos-souvenir de mon passage et pour moi c’était mission-accomplie !

Merci beaucoup à Madame Annie-Brunet !

Voici les inscriptions et noms qui figurent sur les trophées :

Ligue scolaire d’échecs de l’Outaouais

École Championne Niveau Primaire

Montessori de l’Outaouais

                  2020

Entraîneur Marcel LAURIN

Nicolas BRUNET

Mathéo AGBEKODO             

Jason OSCAR-VIEL

Dany RIOUX

Marco RIOUX

Jérémie SASSEVILLE-OUELLETTE

Zelong WANG

Jerry XU (Capt.)

 

Ligue scolaire d’échecs de l’Outaouais

École Championne Niveau Secondaire

Collège Saint-Alexandre de la Gatineau

                              2020

Entraîneur Marcel LAURIN

Marc-Antoine BRUNET (CAPT.)

Alexandre BRUNET

Zak LAVERGNE-DEMELL

Jacob PRATT

Ziad NASR

LA FULGURANTE ASCENSION AU SOMMET DU JEUNE CHAMPION LÉO 2019 DE 16 ANS, SÉBASTIEN AZAR

On ne l’a pas vu venir de nulle part celui-là et on ne comprend pas encore comment un si jeune joueur a pu, dès son arrivée, connaître autant de succès si rapidement jusqu’à devenir le nouveau champion en titre de l’Outaouais.

Quelle est sa recette magique ?

La plupart des nouveaux arrivants, jeunes ou plus âgés, doivent franchir les étapes, une à une, avant de hausser leur calibre de jeu autour des niveaux A ou B afin de pouvoir sérieusement compétitionner avec les meilleurs joueurs de l’Outaouais au Cercle d’Échecs de Hull. C’est normalement un processus de longue haleine qui peut prendre plusieurs années et, malheureusement, plusieurs d’entre eux n’y parviendront jamais.

Je connais bien Sébastien et je l’ai côtoyé tous les lundis lors de ses cinq années de Secondaire au collège St-Alexandre de la Gatineau où j’y anime l’activité échecs.

Mon rôle à cet endroit consiste à promouvoir les échecs et de former de nouveaux joueurs en leur apprenant adéquatement les règles du jeu et les éléments de base. Plusieurs de ces jeunes deviennent de vrais passionnés des 64 cases et vont progresser rapidement s’ils sont disciplinés et à l’écoute de mes conseils. Je leur porte une attention toute particulière ! Je les renseigne à propos des principes théoriques concernant les trois phases du jeu, les fais jouer avec des chronomètres, leur montre la notation des coups et le comportement exemplaire à avoir lors d’une partie.

En d’autres mots, j’en fais des vrais joueurs d’échecs bien outillés, susceptibles de fréquenter des clubs d’échecs, d’y avoir un bon début ou du moins un peu de succès pour ne pas trop se décourager des inévitables et douloureuses premières défaites.
Je tiens à souligner que j’utilise le même processus dans toutes les écoles primaires que je fréquente. Je fais découvrir à des centaines de jeunes, chaque année et avec un immense plaisir, la magie du jeu d’échecs et je peux vous dire qu’ils aiment ça, tout comme moi, en titi ce jeu-là ! Je m’attends à un gros déversement (je ne parle pas d’inondation de printemps) de style tsunami échiquéen bientôt par chez nous dans les années à venir et pour longtemps !

Aux vétérans joueurs d’échecs de tout l’Outaouais, vous êtes maintenant avertis de l’arrivée de cette nouvelle vague, soyez donc bien préparés; je vous conseille de mettre un bon gilet de sauvetage à votre Roi pour bien le protéger !

Malheureusement, chaque année partout au Québec, c’est au compte-goutte que l’on dénombre les nouveaux jeunes joueurs qui arrivent pour la première fois dans les tournois et qui y resteront. Ils sont très enthousiastes au début, puis la réalité les frappe, les résultats escomptés ne sont pas là, certains se découragent trop rapidement et disparaissent à tout jamais.

C’est le même phénomène en Outaouais et pour éviter cela à notre relève, mon devoir consiste à les voir arriver très bien préparés. Nonobstant la théorie, cela veut dire aussi de pouvoir s’acclimater peu à peu à ce nouvel environnement et de jouer dans beaucoup de tournois. Finalement leur faire comprendre, malgré leur jeune âge, qu’on doit s’attendre à de nombreuses défaites et de ne pas s’en faire avec cela. C’est aussi en perdant qu’on apprend ! Peu importe les résultats, on va s’améliorer avec le temps ! Et surtout de ne jamais lâcher !

Issu de ce groupe prospect St-Alex, Sébastien Azar est un joyau du nouvel alliage talent-travail-technologie de sa génération, en émergence au CEH et qui explique en partie son départ-canon !

J’ai eu la chance de l’interviewer début juillet à ce propos pour mieux comprendre son parcours jusqu’au titre, savoir ce qu’il a fait de particulier pour s’améliorer si vite et ce qu’il envisage de faire pour encore progresser.

Cette entrevue nous permet de le démystifier et le fait mieux connaître sous ses vrais traits. Mais, je tiens à dire que Sébastien est un jeune homme posé, un peu timide et peu volubile. Il est humble et d’une belle franchise, pèse bien ses mots, répond à toutes les questions, mais pas plus ! Le connaissant assez bien, je me permets d’ajouter après chacune de ses réponses à mes questions un court commentaire qui lui sied. Il s’agit en fait d’un simple complément pour pallier un manque d’information important à mes yeux à propos de notre jeune champion pour le bénéfice des curieux lecteurs de Matoutaouais.

Sébastien Azar félicité par Marcel Laurin.

QUESTION 1
Qui t’a appris à jouer aux échecs et quel âge avais-tu ?

RÉPONSE
Mon père m’a montré les règles du jeu lorsque j’avais 5 ans. Il n’était pas du calibre des joueurs de compétition mais nous avions beaucoup de plaisir à jouer ensemble occasionnellement à la maison sous le regard approbateur de ma mère. Ensuite, ce fut beaucoup votre présence au collège St-Alex qui m’a donné la vraie piqûre !

COMMENTAIRE
Il est important pour tout jeune joueur d’échecs d’avoir le support de ses parents. Simplement l’accompagner à la découverte de ce mystérieux et complexe divertissement le sécurise, attise sa curiosité et lui donne le goût de mieux comprendre l’essence du jeu.

Par un juste calcul, les accessibles réponses à une position donnée permet de trouver des solutions plausibles qui apparaissent parfois obligatoires, d’autres fois peut être nécessaires, mais au moins satisfaisantes (selon notre niveau). C’est déjà un chemin factuel qui conduira inévitablement, coup après coup, vers une nécessaire conception, voire une quelconque maîtrise, qui se développe peu à peu vers notre meilleure façon de jouer. C’est vraiment la manière idéale de débuter et Sébastien est privilégié d’avoir des parents de cet acabit pour l’aider.

J’ai rencontré quelques fois papa Jean qui accompagnait Sébastien dans différentes Fêtes de quartier à Gatineau ou événements comme la St-Jean et Les Merveilles de Sable lors des dernières années. La LÉO profite de ces événements durant l’été pour se faire connaître et ce sympathique monsieur y passait de beaux après-midis tout en assurant le transport de fiston. J’ai aussi reçu de maman Rita des courriels de félicitations pour les succès autant des joueurs d’échecs du collège St-Alex que ceux de son fils. Je l’en remercie! Elle connaît bien les réels bénéfices intellectuels reliés à l’apprentissage du jeu d’échecs et encourage son enseignement dans le milieu scolaire.

QUESTION 2
Quelles sont maintenant tes ambitions de joueur d’échecs de compétition ?

RÉPONSE
J’y vais un niveau à la fois, donc je vise celui d’Expert comme prochaine étape. Si je n’y arrive pas, ce n’est pas grave car j’aurai essayé. Le plus important pour moi, actuellement, est la réussite de mes études en science et je compte aller à l’université un jour.

COMMENTAIRE
Sébastien a actuellement une cote FQE de 1906 en seulement 32 parties jouées. Compte tenu de son âge, il devrait continuer de progresser allègrement vers le niveau Expert d’ici quelques tournois. Mais il peut être freiné par le temps alloué à ses études (ça va de soi) et par le système Élo qui ne pardonne pas les imprévues défaites ou parties nulles contre des joueurs plus bas cotés. Résultat, la punition est sévère par un retranchement allant jusqu’à 30 points à sa belle haute cote pour une seule partie perdue contre ces joueurs. Il ne faudrait surtout pas avoir une mauvaise séquence qui perdure !

Demandez-le aux meilleurs joueurs de chez nous; certains stagnent au même niveau depuis plusieurs années et beaucoup d’autres régressent continuellement avec le temps, ayant comme excuse le vieillissement.
Nous n’avons jamais eu en 40 ans de Maître National (MN) issu de la Ligue d’Échecs de l’Outaouais et Sébastien y serait le premier s’il arrive là.

Heureusement, lors des dernières années, quelques-uns de nos joueurs ont atteint le Niveau Expert. D’autres sont si près de ce but depuis fort longtemps, à peine une poignée de points de cette symbolique barre fixée à 2000, n’arrivent pas à la franchir mais finiront bien par y arriver. Leur ténacité devrait finir par payer et nous leur souhaitons de tout cœur d’y parvenir !

Je crois que quelques MN apparaîtront probablement en Outaouais dans les premières années de la nouvelle décade car une abondante bonne relève fait déjà des progrès incroyables dans cette direction et prendront fièrement le flambeau LÉO. Sébastien fait sûrement partie de ce groupe en étant déjà leur modèle !

QUESTION 3
Que comptes-tu faire pour être un digne champion LÉO ?

RÉPONSE
Je vais continuer de jouer régulièrement au CEH à compter de septembre. Je serai disponible pour les joueurs qui me demanderont d’analyser leur partie et je leur donnerai mon point de vue dans le but de les aider. Je suis aussi ouvert à faire des simultanées ou encore des exposés sur des thèmes spécifiques qui me sont chers, si je reçois des offres intéressantes selon ma disponibilité.

COMMENTAIRE
La ligue d’échecs de l’Outaouais aurait intérêt à mieux faire connaître son jeune champion. Peut-être que les médias traditionnels seraient une bonne opportunité.
Sébastien représente parfaitement le succès de la visée LÉO d’avoir beaucoup de jeunes joueurs sérieux lors de ses activités. C’est une vraie chance en or qui s’offre, il faut la saisir ! Un reportage dans le Journal Le Droit, le voir jouer quelques parties à la télé communautaire MAtv ou une entrevue radiophonique à la chaîne ICI Radio-Canada auraient un bel impact pour la promotion du jeu d’échecs chez nous. On est sur un bel élan, c’est de la publicité gratuite et c’est facile à organiser. Pourquoi pas tenter d’aller dans cette direction ?

QUESTION 4
Comment expliques-tu ton incroyable parcours jusqu’au titre suprême LÉO 2019 ?

RÉPONSE
À mesure que la saison avançait, j’obtenais de bons résultats contre les meilleurs joueurs dans plusieurs tournois. Cela ne m’a pas enflé la tête mais a tout de même augmenté ma confiance. Je n’étais plus intimidé par la cote de mes adversaires, j’avais confiance en mes moyens, travaillais toujours fort pour chacun de mes coups et utilisais de façon appropriée le temps au cadran.

J’ai été chanceux par mes performances des derniers tournois de hausser ma cote juste assez pour obtenir la huitième place encore disponible de la section Championnat.

Pour ce qui est du tournoi, j’ai été patient tout en jouant dans mes limites et selon mon style pas trop agressif mais solidement positionnel. J’ai évité si possible de commettre des erreurs et profité largement de celles de mes adversaires.
Encore une fois, la chance était de mon côté, surtout en vertu du résultat de la dernière ronde. Ma seule défaite ne m’a pas trop fait mal malgré tout et je suis très fier d’être le nouveau Champion LÉO.

COMMENTAIRE
La période mi-saison CEH de septembre à Noël a été un temps d’apprentissage pour Sébastien qui lui a permis de se familiariser avec le fonctionnement de ce club d’échecs, d’apprendre à connaître des adversaires de différents niveaux, de s’y adapter et de préparer à faire jaillir à partir de janvier un immense talent en latence. C’est ce qui est arrivé jusqu’à son couronnement.
Pour ce qui est de la chance, il a un peu raison mais on fait un peu sa chance comme on dit !

QUESTION 5
Que dois-tu améliorer pour encore progresser ?

RÉPONSE
J’ai tout l’été pour étudier avec rigueur certaines ouvertures. Je m’intéresse en particulier à 1 d4… ou Pion Dame, tout en testant de solides défenses des Noirs pour la contrer de différentes façons.

J’essaierai de résoudre plusieurs problèmes d’échecs reliées à des savantes combinaisons pour aiguiser mes réflexes tactiques.

Je dois aussi améliorer ma vitesse de calcul qui me permettra d’éviter de fâcheuses pressions de temps, quelques fois en position désavantageuse, et qui provoquent généralement des erreurs et parfois même l’ultime erreur. Il faut corriger ses lacunes et c’en est une !

COMMENTAIRE
Il faut toujours essayer de s’améliorer et bravo à Sébastien qui ne dormira pas sur ses lauriers durant les vacances estivales.
Notre champion sera encore plus difficile à vaincre à partir de septembre et devrait connaître une saison LÉO 2019-2020 du tonnerre !

Bon règne champion !

Marcel Laurin,
Arbitre National FIDE
Entraîneur Senior FQE

Championnat d’Échecs CSA 2019
Sébastien Azar conserve son titre
Nishka Patel-Kossowsky Championne

ACTIVITÉ PLUS POPULAIRE QUE JAMAIS

Le jeu d’échecs gagne en popularité au Collège St-Alexandre de la Gatineau et ils
sont maintenant plus de 250 élèves des 2 cycles à y prendre goût en jouant
occasionnellement quelques parties sur l’heure du midi. Je vais au collège depuis
quelques années, tous les lundis de septembre à la mi-juin, maintenir la flamme
échiquéenne bien allumée ! Les mouvements des pièces et règlements associés à
ce jeu sont assez simples, mais pour pouvoir bien jouer et gagner quelques parties,
c’est plus compliqué et cela nécessite l’apprentissage des notions de base par un
entraîneur certifié.

J’accompagne donc tous ces jeunes à la cafétéria durant leur heure du dîner pour
tenter de leur transmettre les précieux principes reliés aux 3 phases d’une partie
d’échecs qui sont l’ouverture, le milieu de partie et la finale. Pour ceux et celles qui
sont néophytes, nous allons au petit local d’échecs situé à proximité qui a en
permanence un échiquier mural qui facilite la tâche d’enseigner simultanément à 5
ou 6 intéressés les règles du jeu. Puis, je supervise leurs premières confrontations et
corrige quelques erreurs presque normales associées au déroulement d’une partie
par un nouveau joueur. Lorsqu’ils sont prêts, ils peuvent aller rejoindre mieux nantis
les autres joueurs à la cafétéria, regarder les parties en cours et même y affronter
avec une meilleure confiance certains d’entre eux. Ils font dorénavant partie de la
vraie famille des joueurs d’échecs : ‘’Gens Una Sumus’’.

Par la suite, pour s’améliorer, il faut jouer beaucoup de parties et si possible, contre
de meilleurs joueurs que soi. Aujourd’hui, les jeunes ont l’avantage de pouvoir
progresser beaucoup plus rapidement que par le passé en utilisant une technologie
de pointe facilement accessible, des programmes informatiques mieux adaptés à
leurs besoins et même jouer en ligne n’importe quand.

UN QUALIFICATION HORS PAIR

À partir de la première semaine de mars, le premier volet du Championnat CSA
2019 s’est amorcé. D’une durée de 6 semaines, le tournoi de Qualification a attiré 56
joueurs qui tentaient, avant l’important congé pascal, de se mériter une précieuse
place au tournoi éliminatoire qui détermine à la fin de ce long parcours l’identité du
Champion et de la Championne 2019 CSA.

RÈGLEMENTS ET SÉLECTION DES FINALISTES

Toutes les parties sont obligatoirement jouées avec un chronomètre d’échecs (DGT
3000) à la cadence de 25 minutes pour la partie par joueur. On peut jouer dans ce
qualification un maximum de dix parties. On joue selon les règles FIDE, soit ‘’pièce
touchée, pièce à jouer’’ et ‘’pièce lâchée, pièce jouée’’. Je suis un arbitre certifié
FIDE et je supervise toutes les parties en cas de litige.

Évidemment, les étudiants du collège sont très occupés et certains ne pourront pas
jouer leurs dix parties recommandées. De plus, on n’affronte pas nécessairement
toujours les meilleurs joueurs de la compétition. Donc il peut y avoir des gains faciles
et d’autres très difficiles à obtenir.

Par conséquent et par souci de justice, je me dois d’avoir une formule impartiale
basée sur un calcul coefficient qui me permet de sélectionner les meilleurs
représentants qui méritent vraiment une place au championnat.
Que les meilleurs l’emportent !

RÉSULTAT DU QUALIFICATION

Catégorie fille sont qualifiées (par ordre alphabétique) : Mariella Azar, Arianne Galland-Jutras, Ines Hammache, Ottilia Leva, Maria Matta et
Nishka Patel-Kossowski

Catégorie garçon premier cycle sont qualifiés (par ordre alphabétique) : Marc-Antoine Brunet, Justin Campeau, Zak Lavergne-Demel, Ziad Nasr, Jacob
Pratt, Léo Shi, Olivier Vallée et Frédéric Yao

Catégorie garçon deuxième cycle sont qualifiés (par ordre alphabétique) :
Sébastien Azar, Simon Béland, Émile Bernard-Duquette, Philippe Charapov, Andrew
Moar, Mathis Riel, Olivier Romain et Roy Sun

TOURNOI ÉLIMINATOIRE SERRÉ

Tel que prévu, la deuxième phase du Championnat CSA débute la semaine après
Pâques, soit le 29 avril et si tout se passe bien, nous pourrions connaître les noms
du Champion et de la Championne à la fin de mai.

Les joueurs et joueuses s’affrontent dans des mini-matchs de 2 parties en alternant
les pièces blanches ou pièces noires par souci de justice. Une victoire procure 1
point et la nulle 1 demi-point. Un résultat de 2 victoires ou d’une victoire et une partie
nulle est suffisant pour remporter le match et éliminer son adversaire. Advenant une
victoire de chaque côté, on joue un autre mini-match ou d’autres si nécessaires
jusqu’à ce qu’un résultat d’élimination survienne.

Dans la catégorie fille, Mariella Azar et Nishka Patel-Kossowski se sont faufilées
jusqu’en finale de leur championnat. Mariella a été la joueuse la plus assidue depuis
septembre et sa continuelle progression lui a permis de franchir toutes les étapes la
conduisant à l’ultime match. Elle a plusieurs qualités recherchées chez tout joueur
d’échecs : elle travaille toujours fort, prend bien son temps et est très créative. De
son côté, Nishka est très concentrée, analyse profondément plusieurs variantes,
crée régulièrement des menaces et des pièges qui pourraient lui permettre de l’emporter et sait saisir sa chance lorsqu’elle se présente.

Dans ce championnat, la finale a été enlevante ! Mariella a gagné la première partie
avec les pièces noires et une simple partie nulle au second affrontement lui aurait
assuré le titre. Et c’était assez serré merci lors de cette deuxième partie. Mais
Nishka l’emporta de justesse dans une longue partie qui aurait pu aller de n’importe
quel côté. Lors du deuxième mini-match, elle remporta décisivement les 2 parties
pour s’emparer du titre de Championne CSA 2019.

Un gros bravo à Mariella pour sa performance, elle a donné la frousse à son
adversaire qui avait assurément des sueurs froides lors du premier match.

Félicitations à Nishka pour sa victoire grandement méritée. Elle a su se ressaisir
juste à temps malgré la pression de temps au chronomètre et une fâcheuse position
sur l’échiquier lors de ce premier match. Son sang-froid et sa concentration lui ont
permis de l’emporter.

Dans la catégorie garçon, l’actuel Champion CSA Sébastien Azar est le grand favori
pour l’emporter. Mais une pléiade de 15 forts joueurs (peut-être que l’un d’eux serait
bien capable de surprendre le tout nouveau Champion Régional de l’Outaouais dans
un court match) a bien l’intention de lui ravir son titre. Ils font tous fi des statistiques
défavorables et sont bien décidés de fausser les probabilités d’un tournoi par
élimination qui va sûrement apporter des surprises.
Et des surprises, il y en a eu. Dès les premiers matchs, le couperet a fait son
travail et plusieurs têtes d’affiche sont tombées : Frédéric Yao, puis Jacob Pratt et
Zak Lavergne-Demel au premier cycle de même qu’Olivier Romain, Andrew Moar et
Roy Sun au deuxième cycle.

Finalement, un des sérieux prétendant au titre masculin Émile Bernard-Duquette a
perdu un match très serré contre le champion Sébastien à la fin de mai et Ziad Nasr
a subi le même sort contre Marc-Antoine Brunet.

On connaissait enfin les 2 finalistes pour le titre de Champion CSA 2019, soit Marc-
Antoine Brunet et Sébastien Azar. Il a fallu reporter l’ultime match d’une semaine en
juin et c’est lundi le 17 juin qu’a eu lieu l’affrontement final.

La première partie semble une nulle théorique forcée, chaque joueur ayant
seulement 5 pions regroupés sur 2 chaînes réciproques et un Roi à proximité qui les
protège bien. Mais attention, il faut être très précis en finale et Marc-Antoine
surprend Sébastien par des manœuvres presque chirurgicales, un savoir hors du commun et va
chercher le gain. Sébastien n’a plus le choix et doit gagner à tout prix la deuxième
partie du match, sinon il perd son titre. Et cette seconde partie est serrée, Marc-
Antoine manque le gain, joue pour la nulle mais cette très longue partie se terminera
finalement en pression de temps à l’avantage de Sébastien.
Il faut jouer un second mini-match. Sébastien cette fois-ci retrouve tous ses moyens
et gagne décisivement ses 2 parties pour conserver son titre.

Bravo à Marc-Antoine qui a passé très près du but de devenir le champion CSA, il
saura se reprendre l’an prochain en partant comme favori !

Félicitations à Sébastien Azar pour son deuxième titre de Champion CSA.

Je souhaite à tous les amateurs d’échecs du collège d’intéressantes parties durant tout l’été et de nombreux échec et mat.

Bonnes vacances à tout le personnel du collège.

Marcel Laurin,
Arbitre National de la Fédération Internationale des échecs (FIDE)
Entraîneur Senior de la Fédération québécoise des échecs (FQE)
Animateur de l’activité Échecs au Collège St-Alexandre de la Gatineau

ANDRÉ BASTIEN ET SÉBASTIEN AZAR AU SEPTIÈME CIEL !

Une partie du CFO 2019 de 7e ronde, d’apparence bien tranquille, se déroulait au C.I.E.L. en cette douce soirée du vendredi 12 avril entre le vétéran André Bastien et le jeune Sébastien Azar.

Rien à signaler de particulier lors des 20 premiers coups, mais une mutuelle pression de temps pour atteindre le passage du premier contrôle de temps, fixé à 30 coups en 90 minutes, allait chambarder le cours de cette placide partie et la transformer de façon plutôt excitante en un singulier combat complexe, inhabituel et imprévisible. Pouvoir vivre une telle expérience sur l’échiquier, c’est être au septième ciel pour tout joueur d’échecs !

C’est tout d’abord André qui passe le premier à l’attaque dans ces moments cruciaux en tentant de déstabiliser la solide forteresse de Sébastien pour y créer de potentielles failles dans sa structure. Sébastien se défend bien utilisant son habituel style positionnel et circonstanciel à toutes épreuves. Mais les secondes s’envolent rapidement au cadran et disparaissent, dans le temps de le dire, comme nuée d’oiseaux dans le ciel. Malgré cela, nos deux antagonistes sont bien concentrés, continuellement conscients du temps restant, gardent leur sang-froid et font preuve, tous les deux, d’une créativité presque hallucinante pour prendre avantage de leur fragile adversaire, dépourvu tout comme eux, de précieuses minutes de réflexion.

Il en résulte au gong de ce 30e coup un léger avantage d’une pièce mineure (Fou des cases noires) pour Sébastien au détriment de pions isolés et d’un Roi exposé. André de son côté a des pions sains en surplus, qui se soutiennent et voués à un bel avenir. Il redémarre sa machine offensive, ayant en tête de gober ces accessibles proies sans défense apparente, pour éventuellement initier sur l’aile Dame cette nécessaire percée qui lui permettrait une poussée de pions qui ferait le travail attendu.

Il y parvient presque et semble progressivement prendre le contrôle de la partie. Une seconde pression de temps ajoute du suspense, les joueurs ont tous les deux moins de cinq minutes pour le restant de la partie, quelques fois moins de trois. Ils ne détestent sûrement pas l’ajout des trente secondes par coup joué !

Finalement le dénouement arrive. Les pions forts d’André l’emportent sur le Fou désuet supplémentaire de Sébastien et se mettent peu à peu en position de pouvoir progresser allègrement vers le nirvana de la huitième traverse. Puis après quelques coups, le mirage arrive, sûrement pas un miracle, André pourrait se saisir de ce Fou inutile que lui laisse Sébastien ! Ce dernier, d’un calme alarmant pour son âge malgré très peu de temps pour s’exécuter trouve le prophylactique Cg4 au 47ième coup qui met abruptement fin aux hostilités. André abandonne illico car il ne peut empêcher le mat de la Tour en f2 du prochain coup des Noirs.

À retenir : Une partie qui vaut la peine d’être scrutée.

André a très bien joué et a fait tout son possible pour l’emporter.

Sébastien a su parer les incessantes attaques d’André malgré ses nombreuses faiblesses. Son comportement à l’échiquier durant toute la partie, sa bonne gérance du temps au cadran, même en délicate pression de temps, et surtout son solide style positionnel lui permettent de toujours trouver un bon plan qui lui crée des opportunités qu’il sait saisir. On peut de plus ajouter qu’il est aussi un excellent tacticien capable d’effectuer de belles combinaisons; mais avant tout faut t- il être en mesure de les dénicher, de les élaborer et de les exécuter quand c’est le temps de le faire. Il a sûrement de l’instinct et de l’intuition ! C’est ce que ce jeune joueur de chez nous en constante progression peut faire ! Le ciel échiquéen est sans limite pour lui !

Bravo à André et Sébastien pour cette belle partie !

Marcel Laurin,
Fondateur du C.I.E.L.
Arbitre FIDE NA

CIEL ÉCHIQUÉEN TOUT BEAU TOUT BLEU À GATINEAU

Un nouveau club d’échecs ouvrira ses portes en 2019 dans le secteur gatinois Vieux-Gatineau en Outaouais dès le 4 janvier.

On pourrait plutôt dire que c’est un club qui renaît de ses cendres, puisqu’il sera situé au fraîchement rénové Centre Communautaire Multiservices de Gatineau, local du Relais des Jeunes Gatinois du 315 rue Migneault et succède au Club d’Échecs de Gatineau (CEG) qui y avait pignon sur rue pendant presque 5 ans, soit de juin 2011 à mars 2016.

Il s’agit de l’initiative de l’ex-président LÉO Marcel Laurin toujours actif devant un échiquier en tant que simple joueur et présent dans de nombreuses écoles comme enseignant parascolaire du noble jeu. C’est valorisant de montrer à jouer à des centaines de jeunes, mais il leur faut bien un endroit pas trop loin pour aller y pratiquer régulièrement leur nouvelle passion et mieux, pouvoir se mesurer à d’autres joueurs de différents niveaux. C’est ainsi qu’ils pourront progresser plus rapidement. De plus en plus nombreux, tous ces jeunes se cherchaient donc un club local où aller et l’ouverture du Club Intergénérationnel d’Échecs Laurin (C.I.E.L.) répond à ce besoin criant.

J’ai choisi ce nom car il est facile à retenir pour tout le monde et m’offre de belles possibilités de marketing et de publicité. Le mot le plus important est ‘’intergénérationnel’’ car nous sommes assurés d’avoir beaucoup de jeunes et voulons aussi intéresser autant les milléniums que les autres générations qui ne sont pas faciles à attirer dans un club d’initiation aux échecs; surtout les aînés de ma génération qui semblent faussement croire qu’il est très difficile d’apprendre les simples règles du jeu et que c’est trop compliqué pour eux. J’y ai aussi associé mon nom car je travaille fort depuis plus de 30 ans à la promotion des échecs et que je suis très connu par chez nous pour mon assiduité. L’initiale de mon nom de famille me permet en plus de compléter le mot clé ‘’ciel’’ du nom longuement songé pour appeler ce club.

Quels sont les objectifs recherchés, les particularités de ce nouveau club et l’horaire des activités prévues ? Pouvoir permettre à de nombreuses personnes de tout âge d’apprendre à jouer correctement aux échecs, d’être bien encadrés pour progresser rapidement et de devenir éventuellement de vrais joueurs d’échecs de compétition, voilà la noble mission à accomplir !

Pour ce faire, nous devons être un club d’échecs exemplaire et accessible. Nous fournirons non seulement tout l’équipement nécessaire en suffisante quantité pour notre bon fonctionnement (jeux, échiquiers, chronomètres) mais en collaboration avec la Ligue d’Échecs de l’Outaouais, nous paierons à nos membres une partie du coût des formations offertes par la FQE au stade Olympique pour devenir arbitre ou entraîneur certifiés. La principale lacune des clubs d’échecs au Québec est un manque de plus en plus flagrant de ressources humaines. Nous nous devons de pallier immédiatement cet important problème en amont afin de s’assurer d’une banque de relève compétente dans ces domaines, rouages nécessaires pour le maintien d’événements de qualité pendant de nombreuses années.

Nous aurons donc sur place des entraîneurs et arbitres certifiés mais aussi des techniciens compétents pour le volet informatique qui permettront aux nouveaux joueurs prometteurs d’installer sur leur tablette ou portable des moteurs d’analyse performants pour qu’ils puissent apprendre à se servir adéquatement de cette technologie qui leur permettra d’accéder progressivement à un plus haut niveau de jeu par leurs propres moyens.

Le C.I.E.L. est un club autonome, affilié à la L.É.O. qui s’autofinancera au moyen de commandites, par la ristourne des forfaits de vente de cartes FQE ou par différentes mesures de levées de fonds comme simultanées ou parties à l’aveugle de joueurs d’élite ou participations promotionnelles payantes à des festivals de toutes sortes. Tout profit sera réinvesti pour des achats d’équipement supplémentaire pour le club ou pour payer des formations échiquéennes aux intéressés.

Le club sera ouvert 52 semaines par année, tous les vendredis soir de 18h00 à 22h00 et c’est gratuit pour tout le monde en tout temps pour ceux qui veulent y apprendre à jouer aux échecs ou jouer des parties amicales.

Il y aura des tournois mensuels de type semi-rapide, homologués FQE à compter de 19h00 pour les intéressés au coût de 5$ par personne, maximum de 10$ par famille.

Venez au C.I.E.L y rencontrer Marcel !
Marcel Laurin,
Fondateur du Club Intergénérationnel d’Échecs Laurin

ENRICHISSANTE PERFORMANCE LÉO
AU RA FALL OPEN 2018

À l’affiche de la nouvelle saison 2018-19 du Grand Prix de l’Eastern Ontario Chess Association (EOCA), le deuxième tournoi du Tour a attiré à Ottawa un bon groupe de 65 joueurs les 14,15 et 16 septembre dont 9 résidents de l’Outaouais. Il faisait très beau mais très chaud durant tout le week-end pour un tournoi de mi-septembre. Heureusement nous étions au frais dans une grande salle bien éclairée, ce qui nous a permis de pouvoir jouer dans des conditions idéales.

En vedette dans la Section Ouverte, le Champion canadien et assidu de ces tournois, le GMI Bator Sambuev de Montréal, affrontait une pléiade de Maîtres Nationaux et d’Experts de la région qui ont tout tenté pour lui soutirer la victoire ou peut-être au moins une petite partie nulle. Rien à faire, il est retourné chez lui dimanche soir tout souriant et invaincu, comme presque toujours, avec une fiche parfaite de 5 victoires en 5 parties pour la première place et 500$ de plus dans ses poches.


B. Sambuev (photo : Facebook FCE)

Il n’était pas le seul à s’enrichir car 4 de nos représentants ont eux aussi été récompensés pour leurs gros efforts dans chacune des trois sections pour rafler quelques beaux billets verts, soit 450$ au total.

Dans la section C des moins de 1600, Nicolas Dupont-Mageau, 19 ans, a terminé en solo au deuxième rang. Il a remporté 4 victoires, subi une seule défaite et, tout en haussant sa cote de 65 points, s’est mérité 150$.

Dans le B ou section des moins de 1900, André Bastien m’accompagnait au troisième rang avec une fiche de 3.5 points et un gain de 100$. Il ajoute 31 points Élo à son palmarès. Le prix de la troisième place lui a été attribué et j’ai gagné l’indivisible prix de classe de la section, soit le même montant, tout en bénéficiant d’un gros bonus de 81 points de cote. Nous étions tous les deux fort contents !

Mais attention, ce n’est pas terminé, le meilleur joueur de l’Outaouais a certes été le quadruple Champion Cadet LÉO Étienne Latreille de Val-des-Monts, tout juste 16 ans, inscrit dans la mastodontesque cruelle section Ouverte et il y a remporté les100$ du prix de classe. Il gonfle de façon astronomique son Élo de 120 points chèrement gagnés. Il a remporté 2 parties et fait une nulle contre les 3 joueurs Experts qu’il a affrontés et perdu ses 2 parties contre des Maîtres Nationaux aguerris. Tout un exploit de sa part ! Il mérite plus qu’une médaille de bravoure pour avoir décidé de se mesurer aux meilleurs joueurs du tournoi. On devrait aussi lui décerner une médaille honorifique pour la qualité de son jeu qu’il a su améliorer récemment, en particulier son travail acharné sur l’échiquier, une correcte gérance du temps au cadran, son calme, une bonne concentration en tout temps et une belle maturité pour son jeune âge! Félicitations Étienne!

De mon côté, j’ai connu un parcours assez inusité. J’ai joué une solide et longue première partie avec les Noirs le vendredi soir contre le joueur numéro un de ma section, Mike Schofield (Élo FCE 1898). Je me battais pour une nulle très accessible depuis belle lurette. Au 44ième coup, en grande en pression de temps comme mon adversaire, je pouvais déplacer mon Roi sur seulement deux cases. J’ai malheureusement choisi vivement la moins bonne et été terrassé au coup suivant par une fourchette royale de Cavalier qui s’emparait de mon Fou en g7. En retournant chez moi, j’étais tout de même satisfait de mon jeu en général et confiant pour les parties à venir.

Je joue souvent mes meilleures parties en matinée et ce fut le cas le samedi matin. J’avais les Blancs lors de cette seconde ronde et j’affrontais mon bon copain René Poulin. Courte partie électrisante d’une durée d’à peine 30 minutes, un classique sacrifice de Fou avec échec en f7 et mes deux Cavaliers viennent semer la zizanie en territoire ennemi, récupérer la pièce mineure disparue plus une autre. Résultat, une victoire à la fois amusante et abracadabrante. Cependant, la mauvaise nouvelle est que je dois attendre plus de 4 heures et demi avant la prochaine ronde de 15h00.

Lors de cette partie, j’affronte avec les pièces noires mon compatriote Daniel Lavergne et je joue une défense Alekhine (1 e4 – Cf6). Daniel a eu l’avantage durant toute la partie, j’ai souffert longuement en tentant tout le temps de sauver les meubles. Puis, surprise au 34ième coup, je n’en crois pas mes oreilles, Daniel me propose la nulle dans une position très avantageuse pour lui. Mon dernier coup de Cavalier en e6 lui a donné la berlue et je m’empresse d’accepter son offre. Un vrai coup de chance !



Nicolas Dupont-Mageau (Photo : Facebook FCE)

Je vous ai dit que je suis à mon meilleur le matin et ce dimanche de quatrième ronde ne faisait pas exception. J’ai les Blancs contre Jacob Krolczyk (Élo FCE 1838) et cette fois-ci je gagne une jolie miniature de 15 coups en seulement 15 minutes. Ma montre affiche 10h15, je devrai encore attendre plus longtemps qu’hier pour la ronde suivante, soit 4 heures 45 minutes.

Finalement, ce doux mais interminable purgatoire arrive à échéance. Je suis heureusement très motivé, en forme et prêt pour la décisive partie. On va pouvoir connaître parmi plusieurs prétendants aux prix des trois sections lesquels seront des gagnants et leurs gains respectifs; et je suis l’un des candidats.

J’ai les Noirs contre le jeune et talentueux Sanjay Ramesh. Je me dois de l’emporter si je veux gagner un prix, une nulle étant insuffisante. Il débute la partie par un gambit Dame et je réplique par le Contre-gambit Albin (1 d4 – d5 2 c4 – e5) qu’il réfute par 3 e3 …ne voulant pas s’aventurer dans des méandres inconnus. Finalement, ce fut ma partie la plus excitante du week-end et aussi la plus longue. Dernière confrontation du tournoi se terminant tardivement à 19h40, nous avons bataillé en zeitnot lors des 20 derniers coups, encerclés d’une dizaine de curieux, témoins privilégiés d’une lutte endiablée au résultat imprévisible.

J’avais un intrépide Cavalier qui galopait allègrement sur l’aile Roi adverse, saisissant quelques pions endormis lors de son passage. Mon opposant, de son côté, s’occupait plutôt de faire des ravages sur mon aile Dame en capturant des pions faibles et préparant la naissance d’un futur pion passé qui lui assurerait une promotion imparable et gagnante. Mais il jouait chacun de ses coups en pression de temps et souvent les effectuait avec 4 à 5 secondes seulement au cadran, l’ajout des 30 secondes lui permettant de souffler un peu. J’avais plus de temps que lui, environ une dizaine de minutes, et j’essayais de profiter au maximum de cet avantage en lui posant de subtils pièges pouvant provoquer une erreur majeure au plus vite, sinon je perdais cette partie. J’utilisai ces minutes supplémentaires à bon escient et finalement une fourchette royale de Cavalier au 56ième coup me permet de gagner son Fou.

Mais ma partie est loin d’être gagnée et semble encore perdue car son pion passé en c5 est libre. J’ai peut-être une pièce de plus mais mon lointain Roi en g7, accompagné d’un pion passé en attente en h7, sont de simples spectateurs de la scène. Ma Tour qui est active et mon Cavalier galopant qui veut s’approcher doivent affronter une menaçante Tour et un Roi déjà présents qui soutiennent hardiment l’imminente progression du pion, si près de sa destination rêvée.

Nous sommes maintenant tous les deux en extrême pression de temps et il faut être très concentré et précis pour l’emporter. Finalement nous échangeons nos Tours au 69ième coup (69 Txb7 – Cxb7) et par conséquence, il avance avec confiance son pion en c6. Je cherche un coup salvateur en désespoir de cause et les secondes s’égrènent plus que rapidement. Puis je le trouve ce fameux coup, qui semble incorrect et insignifiant, et je le joue avec 3 secondes au cadran. J’ai amené mon Cavalier sur la bande en a5 et mon adversaire, surpris et excité, avance forcément son pion en c7, à une case de sa promotion en Dame. Il n’avait pas pu prévoir mon coup suivant, soit 71…Cc4+, suivi du forcé 72 Rd5 -Cb6+ 73 Rc6 – Cc8! et j’ai maintenant une partie gagnante. Mon solitaire Cavalier, confortablement installé sur cette case clé, est maintenant capable de parer à lui tout seul la promotion de son pion c7, son Roi étant devenu impuissant face à cette triste réalité. Sanjay oublie maintenant son inutile pion devenu désuet et tente dorénavant, comme dernier élan royal, de stopper le mien qui se réveille en h7 et qui s’apprête à effectuer sa petite randonnée dépourvue d’obstacles. Il pourrait ainsi obtenir une partie nulle. Mais peine perdue d’essayer, j’ai un Roi accompagnateur qui lui assurera sa promotion et mon adversaire capitule au 82ième coup. Ouf ! Quelle partie époustouflante !

En visitant le site de la Fédération canadienne des échecs, vous pouvez visionner de nombreuses parties du RA Fall Open 2018 dont mes 5 parties, examiner les appariements et les tableaux de résultats de chacune des rondes. Il y a aussi de superbes photos prises par John K. Upper lors des rondes 4 et 5 du dimanche. Il suffit d’aller sur la page d’accueil, de cliquer au centre du bas de la page sur le lien ‘’more details’’ de ‘’Discussion board’’, on accède ainsi au forum de discussion et on clique sur l’onglet ‘’English chat’’ et vous verrez apparaître le RA Fall Open 2018 qui contient 2 pages.

J’aimerais remercier Halldor Pallson qui est le directeur de nombreux tournois de ce Grand Prix pour son bon travail et je vous invite à vous joindre au prochain événement qui aura lieu à Almonte en octobre et qui se trouve à seulement 2 heures de voiture à l’ouest d’Ottawa.

Marcel Laurin,
Membre de la LÉO
Participant au RA Fall Open 2018

CHAMPIONNAT D’ÉCHECS
DU COLLÈGE SAINT-ALEXANDRE 2018

Le très attendu tournoi annuel de fin d’année scolaire a débuté le 12 mars et permet aux nombreux amateurs échéphiles du collège de s’affronter dans un contexte tout à fait différent des régulières parties amicales jouées sur semaine à la cafétéria.

Cette fois-ci, c’est très sérieux ! On joue toutes les parties dans le local d’échecs avec des chronomètres, on garde le silence en tout temps, on respecte les règlements en vigueur et un arbitre certifié surveille attentivement le déroulement de chacune des parties et note précieusement les résultats.

Un beau groupe de 52 joueurs se sont inscrits dont 12 filles pour tenter de se qualifier pour les matchs éliminatoires menant aux titres suprêmes de champion et championne CSA 2018. À la fin avril, on connaissait l’identité des 8 prétendants au titre chez les garçons et des 2 finalistes chez les filles.

Les parties éliminatoires ont donc débuté en mai tel que prévu. Il s’agit de mini matchs de 2 parties en ayant par souci d’équité les pièces blanches et ensuite les pièces noires contre un même adversaire. S’il y a égalité, on joue un second match de 2 parties et encore d’autres s’il y a lieu jusqu’au bris d’égalité. Un résultat de 2 victoires (2-0) ou d’une victoire et d’une partie nulle (1½-½) dans un match est suffisant pour l’emporter et éliminer son adversaire.

Sébatien Azar (photo : Marc Courtemanche via Facebook.)

Chez les filles, Jade Michaud affrontait Otilia Leva pour le titre.

La première partie a duré fort longtemps. Otilia a finalement réussi à l’emporter difficilement en finale.

Elles ont joué la seconde partie du match le lundi suivant. Cette fois-ci, Otilia a respecté les principes de base dès l’ouverture en contrôlant le centre de l’échiquier, en développant immédiatement ses pièces mineures soit les Fous et Cavaliers et en sécurisant son Roi au moyen du Petit Roque. Cela lui a donné un net avantage lors du milieu de partie, permis de gagner quelques pièces et de l’emporter décisivement.

Bravo à Jade pour sa résistance et félicitations à Otilia pour son titre de Championne CSA 2018.

Chez les garçons, la compétition était féroce et les finales se sont prolongées jusqu’au 11 juin pour déterminer le grand gagnant.

Le champion défendant Roy Sun a eu un parcours plein d’embûches pour se faufiler jusqu‘à l’ultime finale. Beaucoup de matchs ont nécessité de la prolongation et plusieurs parties très difficiles lui ont donné des sueurs froides. Son expérience et sa résistance ont fait la différence.

Pendant ce temps un Sébastien Azar, très confiant et gonflé à bloc en vertu de ses tous récents et excellents résultats vis-à-vis de chevronnés joueurs au Cercle d’Échecs de Hull, a eu un parcours plus aisé. Seul Émile Bernard-Duquette lui a imposé un match supplémentaire et empêché de gambader invincible pour le tête-à-tête décisif.

Ce sont deux amis qui se connaissent très bien et qui jouent régulièrement ensemble, chaque semaine, depuis fort longtemps. Si on recule dans le temps d’une année, Roy gagnait la majorité de ses parties contre Sébastien. Mais depuis six mois cette tendance s’était estompée puis même renversée lors des dernières semaines. On devait donc s’attendre à toute une finale entre les deux meilleurs joueurs d’échecs du collège ayant deux façons de jouer fort différentes.

Roy Sun est un excellent tacticien de style Romantique. Il connaît bien ses ouvertures et développe toutes ses pièces en fonction d’une attaque rapide et très dangereuse en milieu de partie.

Marcel Laurin remettant la coupe portant son nom à Otilia Leva (photo : Marc Courtemanche via Facebook)

Sébastien Azar est plutôt un joueur positionnel et peut, en tout temps, trouver le coup ou la suite de coups qui lui permet d’égaliser la position et de résister à toute tentative de déséquilibre dans son camp.

Pour l’emporter, Roy devra sortir gagnant du milieu de partie avec au moins une pièce d’avance sinon, Sébastien pourrait inévitablement prendre éventuellement l’avantage en finale dans une partie longue ou encore, une fois l’attaque de Roy annihilée, lui préparer une irrésistible contre-attaque de son cru.

C’est finalement ce qui s’est passé lors de leur finale. Le style de jeu de Sébastien qui avait les pièces blanches lors du premier affrontement lui a permis de paralyser l’offensive de Roy, de prendre peu à peu l’initiative et cette longue partie l’a finalement favorisé et s’est terminée par un gain fort bien mérité. Avec les pièces noires, Sébastien a joué une fois de plus très solidement lors d’une autre longue partie et Roy n’a pu faire mieux que de mériter un insuffisant petit demi-point d’une partie sans vainqueur. Résultat final : Sébastien Azar 1.5 point, Roy Sun 0.5 point.

Félicitations à la Championne d’Échecs CSA 2018 Otilia Leva !

Félicitations au Champion d’Échecs CSA 2018 Sébastien Azar !

Marcel Laurin,
Entraîneur Senior de la Fédération québécoise des échecs,
Arbitre du Championnat CSA 2018