Calendrier CEH 2015-2016
Votre avis demandé

La LÉO préparera bientôt les activités au Cercle d’échecs de Hull. Nous aimerions connaître votre opinon à cet égard.

1- Préférez-vous des tournois de 4 rondes ? 5 rondes ?
2- Le CEH doit-il prévoir des tournois blitz? semi-rapides ? autres (ex. blitz par équipe)
3- Que pensez-vous du système fluide ? Voir la description ici. Les points-repos forcés d’un point (qui se produisent lorsqu’un nombre impair de joueurs doivent être appariés) vous dérangent-ils ?
4 – Aimeriez-vous des tournois par sections ? Si oui, comment les partageriez-vous ?

Toutes suggestions sont bienvenues !

Je laisse donc les commentaires ouverts sur cet article. Si vous ne désirez pas les publier ici, vous pouvez toujours me les faire parvenir.

Pour rédiger un commentaire, vous devez cliquer sur le TITRE de l’article (Calendrier CEH). L’espace commentaire se trouve alors tout au bas de l’article

Voici d’ailleurs une discussion tenue par courriel entre plusieurs joueurs cette fin de semaine. Celle-ci vous permettra sans doute d’alimenter votre réflexion.

====Anonyme 1====

J’ai la forte impression que la seule et unique fonction du système fluide est d’accomoder les joueurs de la première section de sorte qu’ils ne soient jamais, jamais, jamais au grand jamais confrontés à la possibilité de choisir entre avoir 1 point pour un bye forcé ou jouer contre un arbitre dont la cote pourrait être trop basse par rapport à la leur (ce qui n’est pas toujours le cas, selon qui est l’arbitre d’ailleurs). Je ne vois aucune autre utilité à ce système. Un joueur de la section A qui ne veut absolument pas jouer contre un arbitre trop bas coté pourrait ne pas le faire et prendre son bye forcé de 1 point, mais c’est précisément la seule et unique fonction du système fluide d’éliminer toute probabilité, même si elle n’est pas si grande, qu’une telle terrible et catastrophique situation ne puisse se présenter, à l’occasion, à un joueur de la section A.

Pourtant, les joueurs de la section B (ceux qui ont par exemple 1700) sont confrontés à la possibilité de jouer contre un joueur de 200 ou 300 points de cote de moins à chacun des tournois, et souvent plus qu’à une partie de chacun de ces tournois mais ça, ça n’est pas grave.

Le joueur de la section B qui est en train de gagner le tournoi de sa section se fait enlever de sa section et perd ainsi toute chance de gagner le championnat de sa section, qu’il était en train de gagner, sans n’avoir aucune chance de gagner celui de la section A mais ça, ça n’est pas grave.

Les joueurs de la section B peuvent, à l’occasion, être exposés à la possibilité d’un bye forcé et avoir le choix entre ne pas jouer (mais quand même avoir un point), ou se faire écrabouiller par un arbitre qui a 300 points de cote de plus qu’eux. Mais ça, ça n’est pas grave.

Ce qui est très grave, et la seule chose qui soit grave, c’est qu’il existe une vague probabilité que, peut-être, un joueur de la section A soit confronté au terrible choix ci-haut mentionné – le reste n’étant que broutilles.

Voilà ma perception du système fluide.

===== Hubert Séguin =====

Le système fluide est simplement une façon de permettre à tous de jouer même si on a un nombre impair de joueurs. En plus l’arbitre était un genre de joker qui jouait seulement si le nombre total est pair de manière à accommoder tout le monde. Donc le fluide + Arbitre-joker permettait de s’assurer que peu importe le nombre de joueurs, tout le monde joue.

Voyons maintenant ce qui arrive si on abandonne le fluide et que l’arbitre ne joue plus le rôle de joker. Supposons qu’on ait 2 sections et qu’un soir on ait 9 joueurs dans le A et 11 joueurs dans le B. Sans fluidité on aura 2 joueurs qui ne joueront pas, soit 10% du total, pour une raison purement technique, car ces 2 joueurs se sont déplacés (certains de loin) et je présume que leur préférence c’est de jouer. C’est d’autant plus ridicule car ce soir-là on aurait 20 joueurs, soit un nombre pair.

Je comprends que le fluide ait certains désavantages mais, comme sur l’échiquier, entre deux maux je choisis le moindre…

P.S : Bien que je suis pour le fluide, j’ai moi-même certaines réserves sur son application, à savoir qui exactement joue contre qui. Ceci devrait être clarifié.

===== Anonyme 1 =====
La probabilité qu’il y ait des nombres impairs dans les deux sections une même fois n’est pas si grande. Lorsque cela arrive, on pourrait tirer au sort qui joue contre l’arbitre (le joueur de la section A ou le joueur de la section B). Dans certains cas, l’écart de points de cote entre l’arbitre et le joueur (de la section A ou B, de plus ou de moins selon le cas) pourrait être approchant dans les deux cas.

Pourquoi est-ce que l’écart ne représente aucun problème dans une situation (section B) et représente une catastrophe dans l’autre (section A)? Certains sont-ils plus égaux que d’autres?

De plus, si un joueur ne veut absolument pas jouer à cause de l’écart de cote, il a quand même l’option de prendre son point de bye forcé.

Enfin, l’écart de point peut ne pas être si grand pour le joueur de la section A si, par exemple, l’arbitre a une cote d’environ 1750.

S’il y a trois sections, le bye forcé de la section B pourrait joueur contre le bye forcé de la section C, enfin, si le joueur de la section B daigne, dans sa profonde mansuétude, jouer contre le joueur de la section C.

J’envisage comme très improbable l’absence de joueur flottant – l’arbitre jouerait normalement ce rôle d’office, et il y a nécessairement un arbitre.

===== Gilles Jobin =====
Il faut pas oublier que l’appariement fluide fait en sorte qu’un joueur MONTAIT dans la section supérieure. Il était donc obligé de continuer dans cette section. Cela m’est arrivé une fois, et j’avoue avoir été un peu désarçonné par la chose.

Je pense qu’UNE SEULE SECTION n’est pas si désavantageuse. On pourrait, au pire, faire les appariements en accéléré pour la première ronde (i.e. qu’on apparierait comme si la moitié supérieure avait déjà 1 point.) Curieusement, depuis deux ans, y’a des joueurs très réguliers contre lesquels je n’ai JAMAIS joué en parties lentes.

Notez que ma préférence va pour 1 section OPEN et une section avec un max de cote d’environ 1500 SANS fluidité !

===== Anonyme 1 =====

Je trouve ta proposition très séduisante. Je crois qu’il devrait y avoir un tournoi à une seule section dans la saison (ou peut-être plus), pour favoriser davantage les échanges entre les joueurs et favoriser l’esprit de club. L’idée que la section “A” soit open est également séduisante – bien sûr, dans les rares occasions où quelqu’un de sous-coté voudrait y aller, les plus haut cotés pourraient être appelés à jouer contre des plus bas cotés, comme l’ont fait tous les joueurs entre 1500 et 1700 de la section B dans chaque tournoi, au moins une fois par tournoi. Mais si cela pouvait arriver, même en de rares occasions, à un plus haut coté, serait-ce là un crime de lèse-majesté?

Comme on le sait et comme on le voit déjà, les subjectivités et les préférences sont multiples quant aux formules de tournois – il pourrait aussi y avoir différentes formules durant une année. Quoique même cette idée a l’inconvénient de manquer de stabilité. Peu importe le choix que l’on fait, il y a toujours un bout qui retrousse quelque part. Mais nous sommes condamnés à faire des choix.

===== Régis Bellemare =====
Bonjour,
j’ai très peu joué au cercle de Hull et dans aucun tournoi dans lequel le système fluide était appliqué. Donc mon avis est externe et basé sur mon expérience générale en tant que joueur et arbitre.

Selon la description du système fluide: http://www.matoutaouais.org/?p=764, , les objectifs visés de cette formule sont de

1- favoriser la participation des joueurs qui autrement ne pourraient jouer en l’absence de demi-points de repos dans la formule à la ronde

2- de maintenir l’avantage d’une section forte et

3- de permettre à plus de joueurs d’accéder à la Section A qui était auparavant limitée à un nombre fixe de joueurs.

1- Le point 1 est valide (si on considère que ça veut dire éviter les byes forcés pour la section A) mais seulement pour la section A. Donc le bye d’un point sera ainsi toujours donné aux plus faibles joueurs du club sauf si l’arbitre est inclus comme suppléant (ce qui semble être le cas présentement). Les règles d’inclusion de l’arbitre devraient être claires car l’inclusion d’un joueur dans un système suisse à un impact. Je ferai des propositions plus bas.

2- Le point 2 est selon moi aucunement relié au système fluide. Il n’y a qu’une ligne à tracer entre la section forte et la section faible. Et quels sont les avantages d’une section forte? Qu’est-ce qui détermine une section forte?

Pourquoi la «section forte» devrait elle être limitée à 6 joueurs? Dans un club comme le cercle de Hull, il serait peut-être avisé de simplement séparer le groupe en deux ou d’y aller avec – de 1500 qui est la cote moyenne entre le plus fort ELO et le moins fort ELO. Je pense que deux section (ouverte et -1400 ou -1500) serait approprié. Peut-être même une autre section -1200 serait bien pour favorise l’introduction des nouveaux joueurs (car selon moi, entre un 1000 débutant et un 1400, il y a déjà une bonne marge et se faire «détruire» à son premier tournoi n’incite pas à revenir) ou les plus jeunes.
Point a considérer dans le choix des sections:
Lorsqu’il y a différence de 200 pts ELO entre les joueurs, les probabilités de gagner pour le joueur le moins coté sont de 25%
Lorsqu’il y a différence de 400 pts, la probabilité de gagner est de 8% seulement. http://www.fqechecs.qc.ca/cms/story/le-calcul-de-la-cote

Donc dans un système suisse où l’intervalle de cote entre le plus faible et plus fort joueur est de 400-500 points, les joueurs ayant une différence de cote de 400 points ne devraient pas se rencontrer souvent sauf si le joueur le moins coté à un excellent tournoi ou si le joueur le plus coté à un mauvais tournoi ou s’il n’y a pas un grand nombre de joueurs par rapport au nombre de rondes (notre problème à Aylmer!).

3- Le point 3 est artificiel et relié au point 2. Il est basé sur une formule précédente qui limitait le nombre de joueur? Dans les faits, il y a encore une limite car ça reste une section qui n’est pas ouverte.

Avantage du système fluide

Selon moi, le seul avantage est d’éviter les byes forcés. Mais ceci est au prix de d’autres impacts.

Désavantage du système fluide:

-Un joueur qui monte vers le haut arrivera de manière imprévisible. Si on ajoute que des joueurs peuvent prendre des byes, il devient très difficile de prévoir contre qui on va jouer.
-Le joueur qui monte vers le haut ne rencontreras pas un joueur qui a un résultats ou une cote reliée à sa performance dans le B.
-Le joueur qui monte vers le haut se fait imposer cette situation.
-Il est toujours intéressant pour un joueur de faire une belle performance et gagner sa section!
-Un joueur qui a un bon tournoi dans le B et qui monte dans le A diminue ses chances de terminer avec une performance exceptionnelle et obtenir des points ELO de bonus (sauf si il continue à bien jouer dans le A!). Dans le système fluide actuel, les joueurs les plus forts du A sont le plus susceptibles d’obtenir des points bonis.

INCLUSION DE L’ARBITRE OU DU JOUEUR SUPPLÉANT

Personnellement, je proposerais que l’arbitre (ou autre joueur suppléant) devrait jouer dans la section selon sa cote et être considéré dès le début du tournoi de cette manière:

Première ronde:
Les joueurs sont pair: Bye de 1/2 points pour l’arbitre.
Les joueurs sont impairs: Apparié selon la logique du système suisse. Le tournoi commence avec un nombre pair de joueurs.

Deuxième ronde ou plus:
Nombre impair de joueurs: L’arbitre obtient un bye d’un demi point.
Nombre pair de joueurs: L’arbitre est apparié selon son résultats de la ronde 1 (défaite, nulle, bye d’un demi point ou victoire) ou des rondes précédentes (byes de 1/2 points pour les rondes non jouées et résultats réels pour les rondes jouées).

Si l’arbitre est dans la section B (selon ca cote) et qu’il ne joue pas, il peut proposer de jouer contre le joueur impair de la section A (si il y a lieu). Cette partie peut être cotée mais n’est pas calculée dans le résultat du tournoi. Le joueur impair de la section A obtient tout de même son point de bye forcé qu’il est joué ou non contre l’arbitre (ou autre joueur impair).

Il est donc possible qu’un joueur de la section A obtienne un bye forcé une semaine sur deux. Toutefois, lors de cet situation, il y a une chance sur deux que l’arbitre soit disponible pour lui offrir tout de même une partie. Donc théoriquement, il y aurait un joueur qui ne joue pas seulement un fois sur quatre.
Donc peut-être un seul bye forcé par tournoi de 5 rondes.

APPARIEMENTS ACCÉLÉRÉS

Pourrait être une solution. Toutefois il faut se rappeler que l’objectif de l’appariement accéléré est de favoriser l’obtention d’un gagnant unique, ce qui ne semble pas être l’objectif recherché par l’abandon du système fluide.

===== Anonyme 2 =====
Franchement, il ne me reste plus grand chose à dire, sinon que je suis très heureux de voir que plusieurs semblent être d’accord avec moi qu’il est grand temps de mettre l’accent sur le développement et plaisirs de TOUS les membres.

J’ai trouvé deux éléments soulevés par Régis très intéressant.

a) Une répartition des sections où même un joueur de moins de 12-1300 de cote ELO pourrait espérer remporter un tournoi.
b) L’idée (indirecte) d’organiser des tournois de 6+ rondes (par opposition à 4 ou 5) pour permettre les bonis ELO.

Ma modest suggestion serait de prendre un peu de ce que vous avez déjà mentionné et ajouter un lien entre le championnat fermé de l’Outaouais et la saison régulière de parties lentes de la LEO (qui ce tiendrait à Hull).

Ne tenant pas compte du fait que le Club de Hull serait possiblement ouvert l’été, le CEH organisait environ 35 jours de jeu. Une fois qu’on soustrait les parties en rapide et semi-rapide (3+4), il nous reste 28 jours de jeu. Cela me donna l’idée suivante: Pourquoi ne pas s’en tenir à 3 tournois de 7 rondes + un championnat de 7 rondes avec 8 joueurs. Chaque tournoi pourrait avoir 3 catégories: OUVERT (comptant pour la qualification au championnat fermé), B (moins de 1600) et C (moins de 1300). Lors du championnat fermé, nous pourrions avoir comme catégories: FERMÉ, B (plus de 1500) et C (1500 et moins). Le championnat fermé serait un Round-Robin simple, alors que tous les autres tournois seraient de format suisse.

Course au championnat fermé de la LEO

Se qualifieraient pour le championnat fermé de la LEO les joueurs suivants:

1) Le gagnant de l’année précédente

2) Le gagnant du Tournoi No.1
3) Le gagnant du tournoi No. 2
4) Le gagnant du tournoi No. 3

5) Le joueur ayant connu la meilleur performance moyenne durant les tournois No. 1,2 ou 3.
Si un même joueur remportait plus de un tournoi, alors les deux ou les trois meilleurs joueurs (toujours basé sur la performance).
Pour se qualifier, un joueur devrait avoir joué 10 parties ou plus (ou ce que vous croyez raisonnable).

6) La plus haute cote ELO de l’Outaouais qui ne s’est pas qualifié via 1 à 5).
Ici aussi, je dirais qu’un minimum de 10 parties lentes devraient avoir été jouées.
Cela pourrait bien sûr inclure les tournois de fin de semaine ayant été cotés FQE.
7) La deuxième cote ELO (idem)
8) La troisième cote ELO (idem)

Couleurs

Comme il s’agit d’un nombre de ronde impair, les résultats en semi-rapides pourraient être utilisés. Les 4 meilleurs joueurs lors du championnat de la LEO en semi-rapide auraient les blancs 4 fois. Étant donné le lien entre les deux championnats, la transparence dès le début de l’année serait de mise.

Appariements

Pour ce qui est des appariements en saison “régulière”, avoir trois sections crée un peu plus de défis que deux, mais dans un cas comme dans l’autre, de grâce, débarassons-nous de la fluidité…

Qu’en dites-vous?

===== Hubert Séguin =====
Dans toute la discussion, un élément important que j’ai mentionné dans mon message hier et sur lequel je n’ai peut-être pas assez insisté c’est que l’an prochain il est fort probable que Robert ne joue plus le rôle de Joker et, bien qu’il n’est pas impossible que quelqu’un d’autre joue ce rôle, je pense qu’on doit supposer que ceci ne sera pas le cas. Ce qui fera augmenter considérablement la probabilité de nombre impair.

Pour les sections, je crois qu’elles existent pour 2 raisons : a) les plus forts préfèrent jouer entre eux b) les moins forts préfèrent jouer entre eux. Mais, pour permettre une plus grande variabilité des appariements et changer la routine, on pourrait avoir un tournoi à une section.

Dans la fixation des sections, l’arbitre y allait au pif en fonction des joueurs présents. Ce qui m’apparaît l’approche logique puisqu’en raison du nombre de joueurs qui est plutôt faible on ne sait pas combien de joueurs on aura. En pratique la coupure entre les 2 sections se faisait autour de 1600. Ce qui fait que la 2e section était très vaste avec presque 600 points entre le plus fort et le moins fort. Personnellement, je crois que, dans la mesure du possible, on devrait avoir 3 sections, quitte à ce que chaque section soit assez petite. Autre point à ne pas oublier que m’a mentionné Anonyme 2 est que je crois qu’on devrait permettre aux joueurs qui le désirent de jouer dans une section au-dessus de leur section. Donc avec 2 sections, un joueur dans le B pourrait jouer dans le A. Avec 3 sections, un joueur dans le C pourrait jouer dans le B. Je crois que cette solution représente un heureux compromis et permet aux joueurs qui aiment se faire massacrer (J) de jouer dans une section beaucoup plus forte.

Mais il ne faut pas oublier ici que, contrairement à un tournoi classique, le but de la méthode d’appariement n’est pas de déterminer un gagnant unique, puisqu’il n’y a pas de prix à gagner. Je pense que le but est d’avoir une méthode qui plaira au plus grand nombre afin de maximiser la participation.

===== Anonyme 1 =====

“a) Une répartition des sections où même un joueur de moins de 12-1300 de cote ELO pourrait espérer remporter un tournoi.” Ou, en tout cas, ne pas se faire écrabouiller 3 rondes sur 5.

===== Joël Lecorre =====
Si vous me permettez d’ajouter un commentaire tardif, je voudrais souligner que l’idéal serait bel et bien d’avoir trois sections: une section de 1700 et plus, une section -1700 et une section -1300. Malheureusement, avec cette répartition étanche
a) nous aurions un nombre restreint de joueurs dans chaque section, ceux-ci risquant de rencontrer un peu les mêmes adversaires l’année durant. D’où l’émergence d’une certaine monotonie. Est-ce le prix à payer?
b) nous aurions des joueurs potentiellement impairs dans trois sections, ce qui rend difficile d’insérer le rôle de joker avec efficacité.
c) le groupe qui souffre le plus de la situation actuelle (“on s’inscrit pour se faire écrabouiller 4 fois sur 5”) et celui qui souffrirait le plus dans un scénario à trois section reste le même. Il s’agit du groupe des -1300, lequel ne comptait que 8 personnes au maximum lors du Championnat du CEH. Même s’ils joueraient entre eux, il n’y aurait jamais assez de joueurs pour soutenir un tournoi suisse de 5 ou 6 rondes. Pour justifier trois sections, il faudrait une infusion de joueurs débutants, ce qui m’apparaît difficile à imaginer dans le contexte actuel.

Selon moi, la formule proposée de faire une seule section et de procéder en mode accéléré me semble intéressante et devrait être essayée pour au moins un tournoi en 2015-16. J’adore aussi l’idée d’un tournoi à 6 rondes. Et si j’avais à voter, je conserverais les autres tournois à deux sections avec le B accéléré.

===== Hubert Séguin =====
Concernant le championnat fermé, je crois qu’il y a de bonnes idées là-dedans. Mais je dirais ceci :

Le championnat fermé de l’Outaouais par définition n’inclut pas seulement le CEH : il faudrait aussi inclure les autres clubs dans la mesure où ils jouent des parties lentes. Présentement il ne se joue pas de partie lente dans les autres clubs mais s’il décidaient d’en avoir, la LEO serait malvenue de les exclure. Mais si cela arrivait on pourrait se trouver dans une situation où le gagnant d’un tournoi partie lentes à Aylmer (ou à Gatineau) pourrait avoir une cote beaucoup plus faible que les gagnants du CEH.

La formule proposée est assez complexe et demanderait beaucoup de travail pour maintenir tout ça : il faudrait trouver quelqu’un pour s’en occuper

Conclusion : Pour simplifier le tout, je garderais simplement les conditions 1 et 5, et ….j’en ajouterais une : le gagnant de la section Réserve.

===== Anonyme 2 =====
Je suis tout à fait d’accord que si la LEO organisait des parties lentes dans d’autres clubs, il s’agirait d’une autre histoire. Toutefois, ma compréhension est que pour l’instant, ce n’est pas le cas.

Ceci dit, mon idée est passée, i.e. que le championnat fermé serait, selon moi, plus excitant si les joueurs de la région pouvaient se “qualifier”, plutôt que d’exclusivement se baser sur les cotes ELO.

Pour ce qui est de la complexité, je suis probablement naif, mais cela me semble raisonnable et je serais disposé à m’en occuper pour la saison 2015-16. Je crois que cela rendrait chaque tournoi encore plus excitant!

===== Anonyme 1 =====
Plusieurs bons points sur plusieurs sujets Hubert. J’aurais pour ma part tendance à plutôt considérer comme hautement probable que l’arbitre accepte de jouer comme joueur flottant. Il faudrait toutefois que cela soit fait selon des règles claires, préétablies et connues de tous au préalable, comme celles que proposait Régis par exemple, dans un courriel antérieur. Peu importe qui serait l’arbitre, il y aura nécessairement un arbitre.

S’il est exact qu’il n’y a pas de prix à gagner, viser de gagner le championnat de sa section fait partie du plaisir du jeu. Il s’agit quand même d’un jeu compétitif. Le véritable test pour savoir si ceci plaît véritablement est de rendre l’accession à la section A optionnel pour le joueur de la section B. Par exemple, le joueur de la section B qui a 3 points en trois rondes sur cinq va-t-il choisir d’abandonner sa section à ce stade pour aller à la section A (qu’il n’a aucune chance de remporter avec 0 points en 3 rondes) si on lui en offre alors la possibilité? On peut au moins ne pas être tout à fait certain que le réponse serait oui. Et ainsi, on pourrait descendre la section B jusqu’à ce qu’un joueur de la section B accepte cette offre que, contrairement à celles de don Corleone, il pourrait refuser.

Je suis d’accord que l’idée d’une troisième section est une bonne idée. D’autres l’ont aussi proposé. Cela serait peut-être plus encourageant et satisfaisant pour les plus bas cotés.

Je crois que la proposition d’Hubert conserve les vertus et l’esprit de la proposition originale, tout en la simplifiant. De plus, cela permettrait d’avoir un critère applicable à tous les clubs de la LÉO, si d’autres clubs se mettaient à avoir des parties lentes, comme le mentionnait Hubert.

===== Régis Bellemare =====
pour ce qui est du championnat de la LEO, pourquoi limiter l’accessibilité seulement aux joueurs qui ont fait des parties lente dans les clubs de la LEO?
Par exemple, un joueur du club d’Aylmer pourrait ne pas avoir fait aucune partie lente mais avoir participé au TOG et au TORO ou même fait des tournois à l’extérieur de la région. Et même si il n’a pas fait de parties lentes, sa cote lente demeure valide.

Je pense que l’admissibilité devrait être indépendante du club où un joueur est membre et basée sur des critères de sélection précis tel que (exemple):

6 joueurs:
Champion de l’année précédente
Gagnant du tournoi de qualification (pourrait être au CEH mais devra être ouvert à tous les joueurs)
Les quatre meilleurs joueurs selon la cote FQE qui sont:
1- Résident en Outaouais (depuis au moins un an?)
2- Membres en règle de la FQE (et donc de la LEO si le point 1 est respecté).
3- Joueurs actifs au cours de la dernière année. La définition de joueur actif pourrait inclure des éléments tel que:
Avoir complété X parties lentes dans l’année
Avoir complété Y parties semi-rapides dans l’année
Avoir participé au TOG et au TORO

C’est à la LEO de voir a décider du format. Je pense que ce qui est important est de s’assurer que le championnat de la LEO demeure pour le meilleurs joueurs actifs de l’Outaouais, sans privilégier un club ou l’autre.

===== Anonyme 2 =====
Merci Regis pour tes commentaires.

Je n’exclus en fait personne 😉 !

Ma proposition, en plus des meilleurs cotés ayant joués en outaouais (ou résidents de l’Outaouais ayant joués dans des tournois FQE), serait les vainqueurs de trois tournois dans un des clubs de la LEO (le seul présentement où se tiennent des parties lentes), qui s’adonne à être à Hull. N’oublions pas que ces tournois sont ouverts à tous (qui que ce soit peut se présenter, payer et s’inscrire).

Si un tournoi est considéré plus pratique, je n’y voit aucun inconvénient, mais je crois que la LEO devrait s’assurer que plus d’une invitation soit envoyée à des joueurs qui se sont qualifiés dans un événement.

28 réponses à to “Calendrier CEH 2015-2016
Votre avis demandé”

  • Luc Bourbonnais says:

    Bonsoir,

    Pour ce qui est des 4 questions posées par Gilles, je n’ai pas grand opinion sur le sujet. Par exemple, en rapport à la première question, moi, 4 ou 5 rondes ça m’est égal. En bout de ligne, je suis prêt à payer « x »$ pour une saison et jouer « y » parties lentes et ça va faire mon affaire pour l’année. Je ne suis pas un fan du blitz, mais je jouerais peut-être des parties rapides.

    Par contre j’aimerais savoir si les gens aurait un certain intérêt pour écouter des conférences (comme celle de M. Léon au début de la saison passée). Moi ce genre de présentation m’intéresse beaucoup. Le « Chess Club and Scholastic Center of Saint Louis » en publie régulièrement sur YouTube et je les trouvent extrêmement intéressantes. Je pense par exemple aux plus forts du club nous présentant quelques unes de leurs parties préférées (soit une qu’ils ont jouée eux-mêmes, ou une d’un célèbre Grand Maître). Y en a-t-il parmi vous qui aimez ce genre de chose?

  • Bonsoir,

    pour faire un suivi sur le championnat de l’Outaouais, je pense qu’il serait effectivement bien d’avoir un représentant de chaque club. A cet effet, le champion du club pourrait représenter son club et ce serait bon pour le sentiment d’appartenance. Ceci pourrait inciter les joueurs à devenir membre et à participer au championnat du club.

  • Fouad Akrib says:

    Comme je n’ai pas beaucoup d’expérience pour pouvoir me prononcer efficacement sur le sujet et comme je ne suis pas un adepte de réinventer la roue, je propose qu’on essaie de voir comment font des ligues qui nous ressemblent pour organiser leurs tournois.
    Ça pourrait guider nos réflexions.

  • Michel Arsenault says:

    Tout le monde veut jouer contre plus fort que soi, mais c’est
    difficile a atteindre lorsqu’on se trouve parmi les 2 ou 3 plus forts
    du club (je ne parle pas necessairement pour moi). Ceux-ci peuvent
    tout au mieux jouer contre des joueurs qui ont une cote similaire
    ou un peu inferieure a la leur. A mon avis, la meilleure facon
    de s’ameliorer est de jouer contre des joueurs avec une cote de 100 a
    200 points superieure a la sienne. Mais on n’apprend pas beaucoup
    en se faisant massacrer par des joueurs qui ont une cote de 400 points
    superieure a la sienne; on court plutot le risque de se decourager
    et d’abandonner les echecs. J’ai aussi remarque que certains joueurs
    au club n’apprecient pas du tout jouer contre des joueurs trop forts
    pour eux, meme si ce n’est pas necessairement le cas pour ceux qui ont
    emis des commentaires ici.

  • Michel Arsenault says:

    C’est poche que plusieurs commentaires soient visibles et que d’autres restent caches a moins de cliquer sur “Publié dans Divers, Nouvelles de la LÉO”.

  • Bonsoir,

    Fouad, un exemple possible serait le championnat fermé de l’Alberta.

    http://www.albertachess.org/AB_Closed.html Désolé… en anglais 🙂

    6 joueurs
    Champion défendant
    3 x qualifiés dans des tournois de qualification
    2 x sélectionnés selon la cote

    Doivent rencontrer les critères de résidence (6 mois) et avoir joué dans au moins l’un des tournois de qualification ou dans au moins 2 tournois coté dans la province.

    Doivent répondre aux critères de résidence.

    Ceci ressemble à ce qui a été proposé plus haut dans mon message et par anonyme 2. Ils suffit de remettre ceci à l’échelle régionale.

  • Alex Lessard says:

    Bonjour à tous et toutes,

    Premièrement, un grand merci à la LEO (et à Gilles J., bien sûr) pour nous donner la chance d’exprimer nos préférences et opinions sur le sujet.

    CEH

    Personnellement, je préfèrerais des tournois de 6 rondes. Cela permettrait un nombre de rondes paires (et donc d’avoir en toute probabilité les blancs aussi souvent que les noirs), la possibilité de points ELO bonis et augmenterait la chance d’avoir un gagnant unique (sans devoir faire appel à une formule de départage).

    BLITZ ET SEMI-RAPIDE

    Je garderais le format actuel. Ces soirées semblent populaires et ne représentent qu’environ 20% du temps au club.

    SECTIONS

    Bien que l’idéal pourrait être d’avoir plusieurs sections, pour des raisons pratiques (i.e., que tous les joueurs présents aient la chance de jouer), ma préférence est d’avoir deux sections. Une section OUVERTE (où la cote du joueur médian détermine la cote plancher) et une section B.

    Tous peuvent jouer dans la section ouverte. L’inverse ne serait pas vrai.

    Si le nombre de joueurs était impair dans les deux sections, les joueurs auraient chacun 1 point et pourraient jouer une partie ensemble. Ils pourraient même décider si la partie serait cotée ou non.

    Si une seule section avait un nombre impair de joueurs, l’arbitre pourrait jouer contre le joueur impair. Ici encore, le joueur impair recevrait un point et la partie pourrait ou non être cotée.

    J’aimerais ajouter, toutefois, que je comprends le point de vue de M.Arsenault (bien que je ne fasse clairement pas partie des joueurs forts). Dans cette optique, peut-être que nous pourrions une fois l’an organiser un tournoi de 6 rondes par section. Nous pourrions avoir 1750+ (A); 1500-1749 (B); 1250-1499 (C); et moins de 1249.

    La raison pour laquelle je propose plusieurs sections est que TOUS pourraient alors profiter de jouer plusieurs parties contre des joueurs de leur force respective.

    Je suis conscients que cela implique des défis potentiels d’appariement, mais c’est le prix à payer pour ne pas avoir des tournois à une seule section.

    SYSTÈME FLUIDE

    J’abolierais le système fluide.

    CHAMPIONNAT FERME

    Je trouve que le modèle de l’Alberta est très intéressant. Dans la mesure où la LEO conservait un championnat “réserve” (et si se dernier était ouvert à tous), j’apporterais la modification suivante:

    6 joueurs

    – Champion de la LEO
    – Champion de la section réserve
    – 2 joueurs qualifiés dans des tournois x et y.
    – 2 joueurs basé sur la cote ELO

    MASSACRE DES JOUEURS AVEC DIFF ELO de +400

    J’aimerais simplement faire la remarque suivante: Bien qu’il soit vrai que les probabilités de gagner (ou annuler) contre un joueur de 400+ points ELO est très, très faible, je ne suis pas d’accord avec l’argument qu’on apprenne presque rien en jouant à l’occasion une partie contre un tel joueur.

    Lors de ma premère saison au CEH j’ai joué contre un joueur qui avait plus de 500 points ELO de différence. J’ai appris ÉNORMÉMENT de mes discussions en analyse avec ledit joueur. Est-ce que quelqu’un ici n’aimerais pas jouer contre un Carlsen, Caruana, Nakamura, Aronian ou Kramnik, ne serait-ce que pour avoir la chance d’analyser la partie avec un Super GM après coup?

    Je suis tout à fait d’accord, qu’en moyenne, il est préférable de jouer contre des joueurs légèrement plus fort. Mais les quelques fois où on a la chance de faire une analyse avec un joueur beaucoup plus fort, je crois qu’on risque d’en apprendre plus que contre un joueur qui soit seulement modestement plus fort.

    Ceci dit, je comprends que de la perspective inverse, le joueur très fort, lui, en retire probablement beaucoup moins de bénéfices.

    Alex.

  • Fouad Akrib says:

    Bonjour
    Le système suisse: Ce système ne peut être efficace avec 5 rondes. Si non on verra souvent des égalités au sommet, comme le tournoi réserve de 2014 ou le tournoi de cette année pour le suisse où on a vu Morel et Danilov se placer au même rang.
    Voilà une petite lecture pour clarifier les modalités du Suisse.
    Bonne lecture

    Le système suisse

    Dans un tournoi au système suisse, on définit au préalable le nombre de rondes, souvent en fonction du nombre de participants. L’organisateur prévoit habituellement 7 rondes quand il y a moins de 60 participants, 9 rondes pour moins de 100 participants, 11 rondes au-delà … Chaque participant joue le nombre donné de rondes, chaque fois avec un adversaire différent et à l’issue du tournoi, on comptabilise les points, le vainqueur étant celui qui en cumule le plus.
    Avant le tournoi, les joueurs sont listés selon leur classement officiel : le plus fort prend le n° 1, le second le n° 2 et ainsi de suite. On coupe la liste exactement au milieu pour répartir les joueurs en deux groupes, un groupe fort et un groupe faible. Puis on apparie les forts contre les faibles à la première ronde, en suivant l’ordre du classement. Exemple : dans un tournoi avec 50 joueurs, les 25 premiers forment le groupe fort et les 25 suivants le groupe faible ; l’appariement donne à la table 1 le n° 1 contre le n° 26, à la table 2 le n° 2 contre le n° 27 et ainsi de suite jusqu’à la table 25 où s’affrontent les n° 25 et 50. On tire au sort juste la couleur du n° 1 ; si le n° 1 prend les rouges, le n° 2 prend les noirs, le n° 3 prend les rouges … ce qui assure l’alternance des couleurs.
    A l’issue de la ronde 1, on obtiendra x joueurs à 2 points (ils ont gagné leur partie), y joueurs à 1 point (ils ont annulé leur partie) et z joueurs à 0 point (ils ont perdu leur partie). Pour la ronde 2, nous allons d’abord apparier les x joueurs à 2 points, les uns contre les autres. Si x est un nombre impair, il y aura un joueur à 2 points qui sera apparié contre un joueur à 1 point. Puis on apparie le groupe des y joueurs à 1 point et enfin celui des z à 0 point.
    A l’issue de la ronde 2, on obtiendra v joueurs à 4 points (2 parties gagnées), w joueurs à 3 points (1 gain et 1 nulle), x joueurs à 2 points (soit 1 gain et 1 perte, soit 2 nulles), y joueurs à 1 point (1 nulle et 1 perte) et z joueurs à 0 point (2 pertes). Pour la ronde 3, on appariera le groupe des v ensemble, puis le groupe des w, et ainsi de suite jusqu’au groupe des z.
    A l’issue de la ronde 3, on obtiendra t joueurs à 6 points (3 gains), u joueurs à 5 points (2 gains et 1 nulle), v joueurs à 4 points (soit 2 gains et 1 perte, soit 1 gain et 2 nulles), w joueurs à 3 points (soit 1 gain, 1 nulle et 1 perte, soit 3 nulles), x joueurs à 2 points (soit 1 gain et 2 pertes, soit 2 nulles et 1 perte), y joueurs à 1 point (1 nulle et 2 pertes) et z joueurs à 0 point (3 pertes). Pour la ronde 4 ainsi que les suivantes, le même procédé d’appariement par groupe de points est appliqué.

  • Raymond Labelle says:

    Dans le cadre de ce qui est proposé par Régis et Alex comme formule de championnat fermé de la LÉO, quant aux deux joueurs qualifiés par voie de tournoi de qualification (rappel, deux autres joueurs seraient qualifiés selon leur cote, en plus du gagnant de l’an précédent et de la section réserve de l’an précédent).

    S’il y a deux joueurs qualifiés par voie de tournoi, il pourrait bien sûr y avoir un tournoi de qualification entre joueurs par ailleurs admissibles au championnat. Le gagnant de ce tournoi se qualifierait. Ce tournoi se jouerait les soirs de semaine à raison d’une ronde par semaine.

    L’autre joueur qualifié par voie de tournoi pourrait être le « joueur admissible » au championnat fermé qui a la meilleure performance au TOG et/ou au TORO.

    Par « joueur admissible » j’entends un joueur qui satisfait à tous les critères autres que ceux reliés à la performance de joueur, comme par exemple être résident de l’Outaouais depuis au moins 6 mois, ou être membre d’un club de la LÉO, ou avoir joué x nombre de parties dans le cadre d’un club de la LÉO (je ne me prononce pas ici sur quels critères devraient être choisis, je ne fais qu’illustrer ce que j’entends par « joueur admissible »).

    Par meilleure performance, ça pourrait être la performance au sens propre du terme, ou le meilleur résultat en points de tournoi, la performance pouvant servir au départage. Il faudrait quand même avoir joué au moins 4 parties à l’un des tournois TOG et/ou TORO. Ou encore, on peut exiger la participation aux deux tournois (TOG et TORO) et prendre les points ou la performance moyenne si on trouve qu’avoir joué 4 parties ne suffit pas.

    Je ne vais pas chipoter sur les détails, je ne fais qu’illustrer : le point principal est qu’il y a des moyens crédibles de rendre la participation au TOG et/ou au TORO comme permettant la qualification au championnat fermé pour les joueurs admissibles par ailleurs.

    Ceci permettrait aux joueurs pour qui il est plus difficile de joueur un soir de semaine de se qualifier quand même, tout en favorisant la promotion du TOG et du TORO.

  • Raymond Labelle says:

    Fouad. En effet, 5 rondes c’est un peu court pour un tournoi par système suisse. De plus, un nombre pair est préférable, de sorte qu’aux sommets, les joueurs auront plus probablement joué autant avec les Noirs qu’avec les Blancs. Avec un nombre impair, ceci est évidemment impossible.

    S’il y a six joueurs et que c’est un round robin simple, c’est une autre histoire, tout le monde jouant contre chacun une fois.

    Pour avoir six joueurs au championnat il faut accepter de payer l’un des prix suivants: soit avoir un simple round robin de 5 rondes: tout le monde a joué contre tout le monde, mais avec une seule couleur, soit un double round robin de 10 rondes, tout le monde a joué contre tout le monde avec deux couleurs, mais c’est peut-être un peu long (quoique statistiquement plus significatif).

  • Alex Lessard says:

    RAYMOND:

    Je crois que 10 rondes seraient trop long, en effet. Une solution simple pourrait être de jouer un tournoi de 6 rondes à 7 joueurs, où 3 joueurs (au lieu de 2) seraient invités selon leur cote ELO. Ne comptant pas le champion de l’année précédente, il y aurait donc un nombre égal de joueurs invités selon la cote vs un processus de qualification.

    LUC:

    Je suis d’accords avec toi que les conférences sont intéressantes. Toutefois, si une simulatanée avec un MI ou GM était possible, je crois que je préfèrerais cela.

  • Raymond Labelle says:

    Un tournoi de 10 rondes pourrait se diviser en deux types: 5 semaines, une partie par semaine plus un tournoi de fin de semaine de cinq rondes.

    Ou on peut vivre avec cinq rondes et le simple round robin, auquel cas on se prive du double round robin (ou tout le monde joue contre tout le monde avec les deux couleurs).

    Deux possibilités avec chacune ses avantages et ses inconvénients.

  • Raymond Labelle says:

    Conférences? Simultanées? Préférences subjectives. Question de goût.

  • Gilles Groleau says:

    Je crois que la premiere etape est d etablir des objectifs. Par la suite, on essaie de trouver les meilleurs moyens de les atteindre, compte tenu des experiences passees. Et c est possible que des objectifs deviennent contradictoires.

    objectif 1 ( suggestion)
    S assurer que si nous avons un nombre paire de joueurs, il n y aura pas deux BYE ou plus de 2 Bye.Plusieurs solutions sont possibles.

    Objectif 2
    Pour le championnat de la LEO.
    On peut bien discuter sur le nombre de joueurs d une section rotation,du mode de selection mais si on decide q un rotation a 8 joueurs ( donc 7 parties) alors ca va prendre 8 joueurs qui s engagent a l avance a jouer pendant 7 semaines consecutives.
    Sinon ca risque de devenir bordellique.

    Objectif 3.
    Un objectif qui permet a des joueurs desirant s ameliorer d avoir la chance de le faire; et a des joueurs qui desirent uniquement jouer pour le plaisir de pouvoir le faire aussi.

    Donc, il faut etre creatif.. peut-etre sortir des sentiers battues du genre
    rotation, flexible, ou suisse….

    par exemple, disons un joueur de 1700-1900, il pourrait essayer de convaincre un joueur de 1900-2000 de venir jouer contre lui au CEH.
    Un ancien membre , ou juste quelqu un de passage dans la region.

    Idem pour un joueur de 1400-1700.

    les possibilites sont multiples.

  • Fouad Akrib says:

    Championnat fermé de l’Outaouais.
    Au lieu de se baser sur les résultats de l’année ou les cotes déjà établies, on pourrait programmer un suisse de 9 rondes avec tous les joueurs forts et moins forts et ouvert à tous les clubs.
    Avec ce nombre de rondes, il est claire que les résultats vont converger vers la vraie force de tous et chacun et si un joueur fort n’avait pas la forme, il ne l’aurait pas eu non plus pour un round-robin.
    Avantages
    1)Permettre à tout le monde de jouer.
    2)Permettre à tout le monde de se mesurer à plus fort et à moins fort que soi.
    3)Chances égales pour des joueurs de même force.
    4)Possibilités d’amélioration des cotes.
    5)Démocratique
    Inconvénients
    1)Long tournoi
    2)Possibilité de sombrer dans la cote pour les mieux cotés.

    Vos ajouts sur les avantages et les inconvénients sont les bienvenus.

  • Fouad Akrib says:

    Système suisse. (Raymond)
    Malheureusement, tous les écrits sur les systèmes suisses suggèrent un nombre de rondes impaire 5 rarement -7-9 la norme, voire 11. Ce n’est pas le nombre de fois qu’un joueur peut avoir les blancs qui compte, c’est plus le départage des plus forts et des moins forts qui est visé.

    Avec 9 rondes, dans notre région, il est certain qu’un joueur pour se classer premier devrait affronter tous les joueurs cotés.
    La loi des grands nombres.
    Comme dit Scantland No prisonners hahahahhaha

  • Joël Lecorre says:

    Juste un mot pour soutenir le point de vue émis par Luc au sujet des conférences. J’ai personnellement adoré celle donnée par Carlos en début d’année. Je sais qu’en septembre nous aurons une simultanée, mais rien n’empêcherait qu’on élimine une soirée de blitz, au début du mois de janvier par exemple, pour la remplacer par une causerie animée par un fort joueur.

  • Alex Lessard says:

    Bonjour Joel,

    Les conférences sont en effet intéressantes. Cependant, il y a déjà très peu de possibilités pour jouer des parties rapides. Aussi, j’ai remarqué que plusieurs joueurs qui ne se présentent pas régulièrement (ou presque jamais) aux parties lentes viennent pour les soirées de parties rapides. Les parties rapides sont une excellente option pour les gens qui aiment participer à un tournoi sans devoir se présenter semaine après semaine.

    Alex.

  • Gilbert Lamoureux says:

    Bonjour, je suis nouveau ici – j’ai joué une seule partie rapide – et j’ai l’intention de me joindre au CEH en septembre. J’aurais une suggestion pour le système suisse.

    Raymond Labelle a dit :

    Un tournoi de 10 rondes pourrait se diviser en deux types: 5 semaines, une partie par semaine plus un tournoi de fin de semaine de cinq rondes.
    Ou on peut vivre avec cinq rondes et le simple round robin, auquel cas on se prive du double round robin (ou tout le monde joue contre tout le monde avec les deux couleurs).
    Deux possibilités avec chacune ses avantages et ses inconvénients

    Ma suggestion (troisième possibilité):
    j’avais bien aimé l’idée du Zurich Chess Challenge 2015 ou 6 des meilleurs joueurs au monde avaient d’abord joué un round robin simple en parties classiques et ensuite un round robin en parties rapides, en inversant les couleurs. Les parties classiques comptaient pour 2 points et les rapides pour 1 point.

    On pourrait alors faire un système suisse de 5 rondes en 5 semaines, et la sixième semaine on joue des rapides contre les même adversaires en inversant les couleurs, ce qui simplifie les appariements et l’organisation du tournoi rapide. Ainsi on a un tournoi à 10 rondes avec un maximum de 15 points ou le risque d’égalité en tête devrait être pas mal réduit. Pour jouer 5 rondes dans une soirée il faudrait une cadence du genre de 15-5. Mais pour ça il faudrait que tous les joueurs aiment les rapides, et j’ignore si c’est le cas.

  • Raymond Labelle says:

    S’il y a une bonne demande pour une conférence, la saison pourrait durer une semaine de plus, sans qu’il ne soit nécessaire de sacrifier quelqu’autre élément de programmation.

  • Luc Bourbonnais says:

    Pour ce qui est de la conférence, n’oubliez pas qu’elle ne dure pas toute la soirée; on parle d’un présentation d’une heure, voire 90 minutes. Il est toujours possible de jouer du blitz ou une ronde de semi-rapide par après.

  • Alex Lessard says:

    Bonjour Luc.

    Je me demande si l’idée de Raymond L. ne serait pas plus pratique (la LEO pourrait offrir au moins une conférence à chaque année) et “équitable” pour plusieurs raisons:

    a) Comme je l’ai mentionné précédemment, il n’y a que deux soirées de parties rapides (à l’exception du tournoi de la LEO). Ce n’est vraiment pas beaucoup pour ceux qui aiment cela.

    b) Un des grands plaisirs des soirées de parties rapides est de pouvoir (et c’est souvent le cas) jouer contre TOUS les joueurs présents. Couper la soirée en deux éliminerait cette possibilité.

    c) Cette idée a été mentionnée lors de la soirée conférence de septembre dernier. Le CEH avait même publicisé (si je ne me trompe pas) qu’il y aurait des parties rapides après la conférence. Résultat: PERSONNE n’a joué (trop tard, pas intéressé, etc.)

    d) Débuter les parties rapides nécessite du temps (préparation des tables, appariements, horloges). Cela semble bête, mais mis ensemble, ça réduit encore les chances que les joueurs présents soient intéressés à jouer.

    e) Comme je l’ai mentionné précedemment, plusieurs joueurs ne se présentent que pour les soirées de parties rapides. Je ne serais pas surpris que la plupart d’entre-eux ne soit pas au courant de ce forum. Je suis persuadé qu’ils préfèreraient conserver leurs deux maigres soirées par année…

    Merci,

    Alex.

  • Luc Bourbonnais says:

    Alex,

    Oh, moi donnez-moi une semaine de plus et je ne me plains pas!! Donc, oui à la suggestion de Raymond. Mais je croyais que l’objectif principal du club était les parties lentes?… Pour le blitz et les rapides, n’y-a-t-il pas d’autres clubs durant la semaine spécifiquement pour ça?

    Dans le fond ça dépend, comme mentionnait Gilles, de nos objectifs.

  • Gilles Jobin says:

    Dans le fond, les possibilités sont grandes et lors de la prochaine rencontre du CA de la Ligue, j’ai l’impression qu’on aura de longues discussions.

    Je ne sais si la chose est possible ou pertinente, mais peut-être qu’on pourrait songer à prolonger la saison du CEH d’un mois ou plus…

  • Michel Desjardins says:

    Je suis tout à fait d’accord avec la proposition de Gilles Jobin. En effet, pourquoi ne pas prolonger la saison d’un mois? J’ai toujours pensé que la saison se terminait un peu rapidement. Ce n’est pas comme si tout le monde prennait leurs vacances au début juin et quittait la région. De plus, si le club avait vraiment 4000$ comme fonds de base, j’imagine que ce ne serait pas la fin du monde au niveau financier.

    Comme d’autres l’ont proposé, je préfère des tournois avec le plus de rondes possibles. Je n’ai aucun problème avec le système fluide, mais j’suis bien ouvert à d’autres alternatives aussi. En passant, je suis 100% d’accord avec tous les commentaires de Michel Arsenault.

  • Michel Desjardins says:

    Et pour répondre à Anonyme 1, quelle est cette bizarre d’idée que les joueurs de la section A aient peur d’affronter des joueurs de la section B ou C? À ce que je sache, je n’ai jamais entendu qu’un joueur de la section A aurait refusé de jouer contre un joueur plus bas coté. Vous parliez des arbitres? j’ai toujours beaucoup de plaisir de jouer contre Robert Pilon ou Daniel Lavergne qui ont toujours été deux gentlemans. Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire…

    Dans le passé, il y a des gens qui se sont plaints qu’ils détestaient se faire “massacrer” par des joueurs de la section A. C’est pourquoi les tournois à plusieurs sections sont devenus plus populaires. Évidemment, on ne pourra jamais satisfaire tout le monde. Je dirais que j’aime bien la formule actuelle, car il y a des tournois avec le système fluide et des tournois avec une seule section.

    J’aurais toutefois une suggestion : pour avoir un bon tournoi avec une seule section, il faut avoir au moins 5 rondes et idéalement 6 ou 7 rondes. En effet, si un joueur de la section A perd sa première partie dans un tournoi de 4 rondes, ça devient quasi-impossible pour lui de sauver son tournoi puisqu’il affrontera en théorie d’autres joueurs plus bas cotés pour le reste du tournoi.

  • Alex Lessard says:

    M. DESJARDINS:

    Je seconde M. Desjardins et G.Jobin et serais moi aussi ravi d’avoir une saison plus longue !

    G. LAMOUREUX:

    J’ai trouvé très intéressant le système utilisé au dernier Zurich Challenge. Ceci dit, je dois admettre que pour un championnat comme celui de la LEO, je serais porté à conserver le format actuel (i.e., des championnats distincts par type de cadence).

    Alex.

  • Raymond Labelle says:

    Il peut aussi y a avoir des tournois à plusieurs sections, sans section fluide.


Conseil
d'administration
2019-2020


Hubert Séguin, président
Paul Simard, secrétaire
Luc Bourbonnais , trésorier
Gilles Jobin
Pierre Arcand
Joël Lecorre
Nicolas Dupont-Mageau

Merci à nos partenaires

villeGatineau

gaudreau

mackinnon

fortin

optimiste

richelieu

latreille
Articles
Statistiques
  • 0
  • 79
  • 40
  • 3 991
  • 258 462
  • 62 818
  • août 18, 2019